Suivez ce blog via Facebook

samedi 21 janvier 2017

Un 7.9 en Nouvelle Guinée

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/

La "Marche des femmes" contre Donald Trump à Washington en passe d'entrer dans l'Histoire: Plusieurs centaines de milliers de manifestants marchent dans les rues de Washington ce samedi 21 janvier, pour dénoncer l'investiture de Donald Trump


INTERNATIONAL - Jamais un président américain n'aura suscité un mouvement de contestation d'une telle ampleur. Ce samedi 21 janvier plusieurs centaines de milliers de femmes convergent vers le centre Washington D.C, dans une gigantesque "Marche des femmes" en réaction à l'investiture de Donald Trump.

Dans la capitale, où avait lieu le plus grand rassemblement, 275.000 voyageurs avaient pris le métro en fin de matinée, soit 50% de plus que pour l'investiture du nouveau président la veille à la même heure, selon l'autorité de transport WMATA.

La foule est compacte sur une dizaine de pâtés de maison ou environ 1,5 kilomètre sur Independence Avenue à Washington et il est impossible de traverser ce boulevard. Des milliers de personnes qui n'ont pas pu y accédé marchent sur le National Mall voisin, l'esplanade du centre de la capitale, où la veile une foule de partisans de Donald Trump ont assisté à son investiture.

Les organisateurs ont en outre relevé leur estimation de participation de 200.000 à 500.000 personnes, selon le maire adjoint de Washington, Kevin Donahue. Plusieurs autres manifestations avaient également lieu à Boston, New York, Denver, ou Los Angeles. A Chicago, la marche s'est transformée en rassemblement compte tenu de l'affluence et réunissait quelque 250.000 personnes, selon les organisateurs.

Plusieurs heures avant le début de la manifestation, des groupes protestataires comme les membres du "Pussy hat project" sont arrivés sur place, les bras chargés de centaines de bonnets à distribuer. Les rames de métros ont rapidement été envahis de petits bonnets roses.

Plusieurs célébrités ont confirmé leur participation, comme le cinéaste Michael Moore, l'actrice Scarlett Johansson ou la militante des droits civiques Angela Davis, qui devraient s'exprimer. L'auteur du best-seller "Mange, prie, aime" Elizabeth Gilbert est également présente.

La comédienne Scarlette Johansson a notamment dénoncé "les conséquences dévastatrices" de la politique de Trump, dans un discours très applaudi.

Madonna a également fait une apparition surprise. Elle en a profité pour livrer un discours d'espoir, prônant "la révolution de l'amour", ponctuées de phrases chocs. Elle a notamment déclaré: "Oui, j'ai beaucoup pensé à faire exploser la Maison Blanche", avant d'adresser un "Fuck You" aux gens qui critiquent la "Marche des Femmes."

Du côté des responsables politiques, l'ancien secrétaire d'État américain John Kerry a notamment pris part à la marche, avec son chien. Hillary Clinton a également publié plusieurs messages de soutiens à l'attention des manifestants, tout comme le sénateur du Vermont Bernie Sanders.

Lire la suite:
http://www.huffingtonpost.fr/2017/01/21/la-marche-des-femmes-contre-donald-trump-a-washington-en-passe/

Soros a financé la ridicule marche féministe "pink pussy hat" à Washington aujourd'hui

* Des femmes qui portent une "touffe de poils roses" comme symbole féministe? Vraiment? Comment se fait-il que toutes ces femmes aient accepté de porter ce ridicule "chapeau de chatte", supposé faire allusion au mot "chatte" prononcé par Trump il y a 10 ans, et prétextant dénoncer ses propos sexistes et sa désinvolture? Les femmes se rassemblent et s'indignent de l'arrivée au pouvoir du nouveau président parce qu'il a de la difficulté à retenir sa langue et sa salive devant une femme, et elles ont probablement raison de craindre sa bave, mais elles ne s'indignent pas lorsque les médias américains annoncent que des cliniques d'avortement financées par l'État, Planned Parenthood, vendent des "organes frais" de fœtus avortés sur le marché noir?

Le "National Health Service" (NHS) américain veut récupérer plus de fœtus mort-nés, ou ayant des malformations fatales, pour récolter leurs organes 
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2016/03/le-national-health-service-nhs.html

Des fonctionnaires de l'organisation américaine de planification familiale Planned Parenthood, qui prône l'avortement, et de l'industrie de l'avortement disent clairement devant une caméra cachée que des organes "frais" de bébés avortés, dont les yeux, le coeur et les testicules, sont vendus sur le marché noir

Come on!

C'est forcément "l'esprit de troupeau" et le marketing "mind control" de Soros qui a motivé ces centaines de milliers de femmes à faire partie de cette marche aujourd'hui, je ne vois pas d'autre explication à cette humiliation du féminisme (mouvement autrefois progressiste, aujourd'hui devenu un mouvement d'enragées qui ne se comprennent même pas entre elles!).

Sources:
http://pamelageller.com/2017/01/soros-funds-womans-march.html/
http://www.breitbart.com/big-government/2017/01/12/anti-trump-womens-march-backed-soros-funded-groups/

Au lendemain de sa prestation de serment, le nouveau président des États-Unis Donald Trump s'en est pris samedi avec véhémence aux médias, accusés d'avoir menti sur l'estimation du nombre de personnes ayant assisté à sa prestation de serment

* C'est ce qu'on appelle un juste retour de balancier! Je crains encore le personnage, par intuition, mais je dois avouer qu'il a une capacité hors de l'ordinaire à prendre des décisions et à se foutre du "politiquement correct". Ça fait du bien à voir et à entendre.


«Honnêtement, cela avait l'air d'un million et demi de personnes, cela allait jusqu'au Washington Monument», a-t-il affirmé, contre toute évidence, à l'occasion d'une visite au siège de la CIA.

«Je regarde cette chaîne de télévision, et ils montraient des pelouses vides et parlaient de 250 000 personnes», a-t-il encore dit. «C'est un mensonge», a-t-il poursuivi.

Évoquant sa «guerre» en cours contre les médias, le 45e président des États-Unis a affirmé que les journalistes faisaient partie «des êtres humains les plus malhonnêtes de la terre».

La police américaine ne fournit en principe pas de chiffres lors des manifestations mais les images aériennes diffusées vendredi par les télévisions américaines montraient une foule qui n'allait pas jusqu'au Washington Monument et était clairement inférieure à un million et demi.

Cette foule était aussi notoirement plus faible que celle qui s'était rassemblée au même endroit lors des deux prestations de serment de Barack Obama, en 2009 et en 2013.

Lors d'une déclaration peu après depuis la salle de presse de la Maison-Blanche, Sean Spicer, porte-parole de M. Trump s'en est pris avec force aux journalistes, dénonçant des tentatives «honteuses» de minimiser selon lui le succès populaire de la prestation de serment du nouveau président.

«Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d'une investiture, point barre», a-t-il affirmé, sans fournir d'éléments concrets pour appuyer ses dires.

«Nous allons demander à la presse de rendre des comptes», a-t-il encore lancé, élevant la voix.

«Les Américains méritent mieux et tant qu'il sera le messager d'un mouvement, Donald Trump s'adressera directement à eux», a-t-il ajouté, refusant de répondre à la moindre question des journalistes présents.

31 millions de téléspectateurs

Pas moins de 31 millions de personnes ont regardé la cérémonie d'assermentation de Donald Trump au petit écran, vendredi, selon les estimations de la firme Nielsen.

Ce total tient compte de la couverture en continu de 12 chaînes généralistes et câblées. Cette cote d'écoute est supérieure à celle de la deuxième cérémonie d'assermentation du président Barack Obama, en 2013, ce qui est dans l'ordre des choses. Quatre ans auparavant, 37,8 millions de personnes avaient regardé à la télévision le tout nouveau président Obama prêter serment.

NBC a été le réseau généraliste ayant attiré le plus de spectateurs: 5,8 millions de personnes. Il est suivi par ABC (4,9 millions) et CBS (4,6 millions). Sur le câble, la chaîne la plus populaire a été Fox News à 8,43 millions de téléspectateurs. La cote d'écoute de CNN s'élève à 2,46 millions de téléspectateurs et celle de MSNBC à 1,35 million.

La cérémonie d'investiture la plus regardée au petit écran depuis 1969 demeure celle de Ronald Reagan en 1981 qui avait attiré 41,8 millions de personnes.


En comparaison, le premier débat opposant Donald Trump à Hillary Clinton avait été regardé par 84 millions de personnes en septembre 2016. Toutefois, les cotes d'écoute sont inférieures l'après-midi qu'aux heures de grande écoute.

Source:

jeudi 19 janvier 2017

L'étrange reportage de CNN concernant l'hypothèse de l'assassinat de Trump lors de son inauguration est vivement critiqué, qualifié "d'incitation à la violence"

* Je ne peux pas croire que CNN ne recevra aucune sanction pour avoir publié un tel reportage. Si Trump fait mentir le scénario d'horreur proposé dans leur reportage, il risque de leur en payer toute une sanction!

Aujourd'hui, CNN a publié un reportage à propos de qui sera en charge à la Maison Blanche si une catastrophe devait se produire le jour de l'inauguration du nouveau président
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2017/01/aujourdhui-cnn-publie-un-reportage.html

CNN a été accusé d'incitation à la violence contre Donald Trump après que le réseau ait déclaré qu'une personne serait nommée par Obama pour prendre la relève si le président élu était tué lors de son investiture.

Le réseau explique qui Obama placerait à la Maison Blanche si Trump, Mike Pence et les dirigeants du Congrès étaient tous tués lors de la cérémonie. Une hiérarchie de remplaçants y est même présentée, l'Ordre de succession présidentielle.

Au cours du reportage, ils ont également utilisé des scènes de la série "Designated Survivor", diffusée sur ABC dont voici le synopsis:

Tom Kirkman, un membre du gouvernement, est nommé Président des Etats-Unis après qu'un attentat terroriste ait tué tous ses confrères. Pas du tout préparé, il se retrouve à emménager à la Maison Blanche avec sa femme et ses enfants en une nuit, alors que le monde entier scrute ses premiers pas en tant que commandeur en chef de la nation...

Le reportage conclu en disant qu'un démocrate prendrait la place de vice-président à la Maison Blanche en cas d'attaque. 

Source:

La Chine a parlé au Forum économique et social à Davos: un message on ne peut plus clair!

Il s’est passé, mardi 17 janvier, dans la petite station suisse de Davos, un moment absolument incroyable, un retournement historique qui figurera demain dans tous les manuels. Jamais encore un président chinois n’était venu à Davos et ne s’était ainsi adressé au monde. Et mardi, sanglé dans un costume noir impeccable, chemise blanche, cravate rouge éclatante, quasi impérial, le président chinois s’est exprimé d’un ton grave, celui du vieux sage, pour défendre la mondialisation, le libre-échange et l’ouverture au monde.

Lui, Xi Jinping, qui dirige d’une main de fer la Chine communiste, a lancé un appel à continuer la mondialisation, à investir dans les nouvelles technologies, à accélérer la transition énergétique et à renforcer le multilatéralisme. Il faut se frotter les yeux pour y croire. Non, ce n’est pas le président américain qui parle, c’est bien le président communiste chinois. "Toute tentative de stopper les échanges de capitaux, de technologie et de produits est impossible et serait à rebours de l’histoire."  "La mondialisation est attaquée, mise en cause ? Elle n’est pas le problème", affirme le président chinois. Les réfugiés ? "C’est la conséquence de conflits locaux." La crise financière ? "Elle est due à l’échec de la régulation." "La mondialisation, ajoute le dirigeant communiste, a favorisé la croissance mondiale, fait progresser la science et la technologie, bien sûr elle a créé des déséquilibres, mais ce n’est pas une raison pour la balayer !"

Un message à Donald Trump et à Theresa May

Le propos est d’autant plus fort qu’il est prononcé à l'approche de l'investiture de Donald Trump comme président des Etats-Unis et le jour même où la Grande-Bretagne affirme son retrait définitif de l’Union européenne, par la voix de son Premier ministre Theresa May. Les deux puissances qui ont été les plus ouvertes sur le monde et même les fers de lance de la mondialisation font volte face et décrètent le repli sur le terrain national.

On est ainsi complètement à fronts renversés et dans l’affirmation de la puissance chinoise. On l’est d’autant plus qu’à Davos, la Chine n’a pas de contradicteurs, l’Amérique est mobilisée par la passation de pouvoir, Angela Merkel par une campagne électorale qui s’annonce plus dure que prévu. Il n’y a donc personne de poids pour rappeler à la Chine qu’elle est loin d’être exemplaire en matière de libre-échange et surtout qu’elle reste un régime autoritaire, où l’Etat policier vient encore d’être renforcé et où les libertés élémentaires sont farouchement combattues.

La Chine n'attend plus son heure

Jusqu’ici, les présidents chinois avaient toujours défendu l’idée que leur pays devait jouer profil bas, sans se préoccuper, ni menacer le monde extérieur. Il y avait même cette formule, dans la vulgate communiste, "Cacher ses atouts et attendre son heure". Aujourd’hui, avec Xi Jinping, la Chine pense que l’heure est venue, elle veut s’affirmer comme la deuxième puissance économique mondiale qu’elle est désormais, la première au plan démographique et le premier exportateur mondial. Et une puissance militaire, aussi, puisque la Chine dispose désormais du deuxième plus gros budget mondial consacré à la défense, derrière les Etats-Unis.

La Chine ne veut plus mettre son drapeau dans sa poche, elle investit d’ailleurs partout dans le monde. Et elle veut se présenter comme une puissance raisonnable sur la mondialisation ou sur le dérèglement climatique, face aux sorties tonitruantes, foutraques et protectionnistes du nouveau président américain. C’est une sacrée partie qui commence entre ces deux là, et l’Europe serait bien avisée, pour défendre ses propres intérêts, de s’inviter, de s’imposer à la table de ces deux géants.

Source:

Les Oath Keepers seront présents lors de l'inauguration de Trump pour protéger les patriotes et pour prévenir les actes haineux et violents

* Les Oath Keepers (Gardiens du serment) sont des miliciens armés qui défendent la Constitution contre tous ses ennemis extérieurs et intérieurs.

Le groupe se dirige à Washington DC pour "L'Opération Défense J20" dont l'objectif est de protéger les patriotes américains des anarchistes et autres groupes violents qui veulent perturber l'inauguration du président.

Source:
https://www.oathkeepers.org/oath-keepers-call-action-help-defend-free-speech-violent-thugs-inauguration/

Former child sex slave sold into Belgian aristocratic paedophile ring where boys and girls were tortured and KILLED reveals the horrors of her five years of abuse

http://www.dailymail.co.uk/news/article-4136536/Former-child-sex-slave-sold-Belgian-recalls-abuse.html

« Bikers For Trump » : des dizaines de milliers de motards convergent vers Washington pour prévenir les manifestations anti-Trump lors de l’investiture


Le groupe des Bikers For Trump a annoncé qu’il allait protéger les citoyens qui s’y rendront, « si besoin ».¸

Les gens arrivent à Washington en nombre record. Les Bikers for Trump sont en route. Ça va être une fin de semaine géniale !  » s’est réjoui ce mardi Donald Trump sur Twitter, à trois jours de son investiture. Il cite ici un groupe de bikers, dont le fondateur Chris Cox, a récemment annoncé sur Fox News que son organisation allait – si besoin – former un « wall of meat », littéralement un « mur de viande », pour protéger les citoyens américains qui se rendront à l’investiture du président élu face à d’éventuels protestataires anti-Trump.

Selon le Washington Post, le groupe de bikers a obtenu un permis pour organiser un grand rassemblement pro-Trump tenu par un groupe privé dans la capitale, en même temps que son investiture. Chris Cox annonce pour l’occasion des conférenciers, des performances musicales et plus de 5.000 bikers venus des quatre coins des États-Unis.

Les services de sécurités mobilisés

A noter, pendant certains meetings du candidat Trump, et lors de la Convention nationale républicaine le groupe a servi comme service de sécurité, fournissant des barricades humaines entre supporters en manifestants.

Des grands moyens ont par ailleurs été mobilisés pour assurer la sécurité du futur président: 28.000 agents seront notamment mobilisés. Les autorités ont également fait savoir qu’elles étaient préparées en cas d’attaque au camion-bélier .

Source:
http://www.lesoir.be/1418463/article/actualite/monde/2017-01-17/des-bikers-veulent-assurer-securite-l-investiture-donald-trump

Un 6.5 aux Iles Salomon

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Chargement...

Articles les plus consultés