Suivez ce blog via Facebook

mercredi 28 septembre 2016

La Chine vient d'inaugurer le plus grand télescope de la planète dans le sud-est du pays

S'il existait une vie extra-terrestre, voici l'appareil qui pourrait la déceler : un radiotélescope qui vient d'être mis en service par les Chinois. C'est le plus grand au monde : il fait 500m de diamètre. Une surface équivalente à 30 terrains de football. "Plus c'est grand, mieux c'est", explique un astronome à France 2.

Cet engin pourra étudier les étoiles, les origines de l'univers et même des signes de vie d'ailleurs, en envoyant un signal afin de capter les ondes électriques émises par des astres à des années-lumière de la terre. Posé sur une montagne dans le sud-est du pays, il suscite déjà l'admiration. "Quand je vois ça, je suis fière et bluffée", explique une femme. Sa construction a provoqué l'expropriation de 10 000 personnes et a duré cinq ans. L'État a dépensé 165 millions d'euros.

Source:
http://www.francetvinfo.fr/monde/chine/chine-le-plus-grand-telescope-du-monde_1845001.html

mardi 27 septembre 2016

Le documentaire "VAXXED : De la dissimulation à la catastrophe", version complète disponible en anglais et extrait de 8 minutes en français

En 2013, le Dr Brian Hooker, biologiste, a reçu un appel du scientifique sénior, Dr. William Thompson, du U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC) qui avait mené l'étude de cette agence en 2004 concernant le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO) et son lien avec l’autisme. Le Dr. Thompson a confessé que le CDC avait volontairement omis des données cruciales dans son rapport final.
Ces données révélaient une relation de cause à effet entre le vaccin RRO et l’autisme.
Au cours de plusieurs mois, le Dr Brian Hooker a enregistré les appels qu’il a reçu du Dr William Thompson qui a fourni les données confidentielles qui avaient été détruites par ses collègues du CDC.
Le Dr Brian Hooker a demandé l’aide du Dr Andrew Wakefield, le gastroentérologue britannique faussement accusé d’avoir lancé le mouvement anti-vaccination lorsqu’il a rapporté, pour la première fois en 1998, que le vaccin RRO causait l’autisme.
Dans ses efforts soutenus pour faire la promotion de la santé des enfants, le Dr Andrew Wakefield a pris la décision de diriger le documentaire Vaxxed pour examiner les preuves derrière une révoltante tentative de dissimulation commise par l’agence gouvernementale américaine (CDC) qui a, en pratique, le mandat de protéger la santé des citoyens américains.
Les interviews avec des gens de l’industrie pharmaceutique, des docteurs, des politiciens et des parents d’enfants contribuent à lever le voile sur cette tromperie alarmante qui a contribué à la montée en flèche de l’autisme et potentiellement, de la pire épidémie de notre époque.
En anglais:

Portion de plus de 8 minutes traduite en français:
https://www.youtube.com/watch?v=ZwP4rOV93Lg

Suggestion de lecture:  "Corrompus jusqu'à la moelle : les mémoires d'un scientifique de Santé Canada qui a choisi de sonner l'alarme.", de l'auteur Shiv Chopra.

Un séisme de 6.0 au Japon hier, faisant suite au 6.3 du 23 septembre

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/

lundi 26 septembre 2016

Paris: De 23 heures jusqu'au petit matin, le quartier d'affaires va vivre une simulation géante d'attentat (en cours présentement)

Symbole des affaires et de l'argent, fréquentée par des centaines de milliers de personnes tous les jours, La Défense est une cible désignée des terroristes. La configuration du plus grand quartier d'affaires d'Europe, concentrant des dizaines de tours sur environ 1,6 km², laisse craindre un nombre de victimes énorme en cas d'attaque et rend interventions et évacuations complexes. C'est pourquoi la préfecture des Hauts-de-Seine organise, dans la nuit de lundi à mardi, une simulation d'attentat.

Un exercice grandeur nature qui mobilisera 640 policiers, agents de la RATP et de la SNCF, de sécurité, secouristes, personnel de la préfecture... Sans compter les centaines de figurants qui incarneront, entre autres, terroristes et victimes. Il s'agit précisément d'éprouver le Plan de mise en sécurité de La Défense (PMSD) élaboré des années avant d'être signé en avril 2013 et, depuis la vague terroriste, enrichi et mis à jour. Celui-ci est testé chaque année, mais pas toujours en condition réelle. La dernière simulation de catastrophe, un attentat chimique, remonte à 2011. Dans ce scénario, deux bombes avaient explosé en pleine gare, causé des morts et des blessés, et généré une panique parmi les occupants des tours. Le scénario de cette nuit ne sera dévoilé aux participants qu'en temps réel. « On est tous prêts, tous sur le pont », confie un gardien de la paix du quartier. « C'est important de faire ce genre d'exercice, on en tire toujours des enseignements », commente un gradé.

A l'évidence, après 18 mois d'attaques à répétition, l'attentat simulé de cette nuit aura les tristes couleurs de la réalité. Abdelhamid Abaaoud, coordonnateur des attentats du 13 novembre, et son complice Chakib Akrouh, n'avaient-ils projeté de se faire respectivement exploser dans le centre commercial des Quatre-Temps et dans le commissariat du quartier d'affaires quelques jours après les tueries du Bataclan, des terrasses et du Stade de France?

Source:

On a visité le bunker norvégien qui pourrait sauver la Terre après l'apocalypse





Encastré dans une montagne au milieu de l'île norvégienne de Svalbard, à quelques kilomètres du pôle Nord, se trouve le bunker qui abrite la plus grande collection de graines venues de tous les pays du monde.

Soigneusement enterrée dans la roche de la montagne Plataberget de l'île de Svalbard, en Norvège, la Réserve mondiale de semences du Svalbard est assez profonde pour protéger son trésor des éventuelles montées des températures extérieures, mais aussi assez en hauteur pour éviter la potentielle hausse du niveau de la mer.

Bref, tout est prêt pour "préserver une des ressources naturelles les plus importantes" – les plantes – en cas de désastre, explique son directeur général Åslaug Haga.

Le bunker, qui a été inauguré à Svalbard, en Norvège, en 2008, est conçu pour durer plus de 1 000 ans et résister à différents potentiels scénarios catastrophes – du changement climatique à la chute d’astéroïdes, en passant par la guerre nucléaire mondiale.

L'ultime réserve

Le bunker de Svalbard est loin d’être la seule réserve de graines, mais elle fonctionne en back-up des autres entrepôts mondiaux.

"Si quelque chose se passe mal dans les autres réserves de semences à travers le monde, l’idée est d’avoir un endroit comme Svalbard où nous sommes sûrs de pouvoir les retrouver", explique Åslaug Haga.

La réserve de graines post-apocalypse est un service mondial gratuit qui permet à des organisations de stocker différents types de graines qui ont déjà été enregistrées dans leurs propres collections ou dans une autre réserve.

Des graines fraîchement arrivées sont scannées à l'aéroport de Lonyearbyen. Jonas Bendiksen, Magnum

Le temps presse

En mai 2016, plus de 8 000 variétés de plantations – de la nourriture des moutons aux cultures de piments – venues d’Allemagne, de Thaïlande ou encore de Nouvelle-Zélande, et du "World Vegetable Center" – un institut de recherche et de développement sur les végétaux – avaient été collectées à Svalbard.

Parmi elles, on trouve aussi plus de 200 000 variétés de riz et 125 000 variétés de blé.

"Idéalement, nous souhaiterions avoir une copie de chaque variété unique de plantes à travers le globe à Svalbard pour pouvoir, s’il se passe quelque chose dans les autres réserves mondiales, être certains de retrouver une variété en question et de la faire pousser naturellement", raconte Åslaug Haga.

Une équipe de journalistes filment l'entrée du bunker. Jonas Bendiksen, Magnum

Et si l'initiative peut paraître pour certains prématurée, pour le directeur du bunker de Svalbard, le temps presse.

"C’est beaucoup plus important d’avoir accès à ce matériel maintenant que ça ne l’était par le passé car l’intervention humaine bouleverse la stabilité biologique", explique Åslaug Haga. Il ajoute que les gens ont besoin de comprendre que "nous avons altéré de façon si importante notre environnement que nous devons absolument préserver ce que nous avons".

Dans le bunker de la banque de graines. Brian Lainoff, de l'équipe de "Global Crop Diveristy", déplace des boites de graines. Jonas Bendiksen, Magnum

Un bunker post-apocalyptique mais d'ores et déjà utilisé

Si la diversité des variétés céréalières est importante, c’est parce qu’il est difficile de prédire quand une sécheresse, une inondation ou d’autres désastres naturels potentiels vont frapper. En ayant des variétés de tous les types à leur disposition dans le bunker, les organisations pourront être capables de mélanger et de faire correspondre les graines en fonction de l’environnement.

L’apocalypse n'est pas encore arrivée et pourtant la réserve de semences de Svalbard commence déjà à être utilisée.

Source:

Moscou inquiète les Etats-Unis: Il y aurait plus de danger que pendant la Guerre Froide, estime le Pentagone

* Que les médias occidentaux rapportent les propos du chef du Pentagone concernant la menace nucléaire russe, on ne peut que s'attendre à une augmentation des tensions géopolitiques et à une diabolisation croissante de la Russie jusqu'au déclenchement d'un affrontement militaire.

La Russie de Vladimir Poutine est à certains égards plus inquiétante que l'Union soviétique d'hier en ce qui concerne l'emploi de l'arme nucléaire, a déclaré lundi le secrétaire à la Défense Ashton Carter.

Lors d'une visite à la base de missiles nucléaires intercontinentaux de Minot, dans le Dakota du Nord, le chef du Pentagone a critiqué la «gesticulation nucléaire» de la Russie d'aujourd'hui, et ses investissements dans «de nouvelles armes nucléaires».

Il est possible de se demander si les dirigeants russes d'aujourd'hui ont gardé «la grande retenue qu'avaient les dirigeants de l'époque de la Guerre froide, quand il s'agissait de brandir leurs armes nucléaires», a-t-il déclaré.

Poutine «prêt»

Aujourd'hui, a-t-il affirmé, «l'utilisation la plus probable de l'arme nucléaire n'est plus la guerre totale» envisagée pendant la Guerre froide, que les grandes puissances se sont bien gardées de déclencher.

Elle est plutôt une attaque «terrible et sans précédent, par exemple par la Russie ou la Corée du Nord, pour essayer de forcer un adversaire supérieur sur le plan conventionnel à abandonner l'un de ses alliés» pendant une crise, a déclaré le secrétaire à la Défense.

Après l'annexion de la Crimée, Vladimir Poutine a publiquement déclaré qu'il avait été prêt à sortir l'arme nucléaire pendant les opérations.

Les stratèges occidentaux s'inquiètent aussi des projets de Moscou en matière de missiles à courte et moyenne portée.

Violation du traité FNI

Moscou est soupçonné d'avoir testé un missile de croisière en violation du traité FNI de 1987 qui interdit les armes nucléaires de portée intermédiaire en Europe.

Le secrétaire à la Défense a été en revanche beaucoup plus positif sur le comportement de la Chine, qu'il ne se prive pourtant pas d'étriller dans d'autres domaines.

«La Chine se comporte professionnellement dans le domaine nucléaire, malgré la croissance de son arsenal nucléaire, tant en quantité qu'en qualité», a déclaré le chef du Pentagone.

Après des années passées à vivre sur leur acquis, les Etats-Unis se préparent à investir massivement dans le renouvellement de leurs armes nucléaires pour les prochaines décennies.

Coût astronomique

Malgré le coût astronomique de ces efforts - dépassant le millier de milliards, selon certaines estimations - les Etats-Unis prévoient ainsi de renouveler leurs 400 missiles intercontinentaux Minuteman III.

Ils prévoient aussi de se doter d'un nouveau missile de croisière à long rayon d'action, de nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, et de moderniser leur bombes nucléaires B-61.

«Nous commençons maintenant à corriger des décennies de sous-investissement dans la dissuasion nucléaire», a indiqué Ashton Carter.

Source:
http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Moscou-inquiete-les-Etats-Unis-27303022

Exercices en vue d'un séisme pour la population québécoise

Afin de préparer la population à faire face à un séisme majeur, l'Association de sécurité civile du Québec tiendra un événement spécial le 20 octobre prochain appelé La Grande secousse du Québec 2016

Selon Guy Dufour, président de l'Association, le tremblement de terre meurtrier survenu le 24 août dernier dans le centre de l'Italie rappelle l'importance de savoir quoi faire en pareille situation pour espérer s'en sortir indemne ou avec le moins de blessures possible.

M. Dufour souligne que plusieurs centaines de tremblements de terre se produisent chaque année au Québec, répertoriés principalement dans trois zones distinctes, soit Charlevoix-Kamouraska, l'ouest du Québec et le Bas-Saint-Laurent-Côte-Nord.

Un récent sondage de la firme SOM, commandé par le Bureau d'assurances du Canada (BAC), révélait que les Québécois ne sauraient pas comment se protéger si un séisme secouait la province. En dépit des campagnes de sensibilisation, 30 % des Québécois croient encore que s'abriter sous un cadre de porte les protégerait en cas de tremblement de terre, alors qu'il faut tout simplement « se baisser, s'abriter et s'agripper » à quelque chose, selon le BAC.

Ainsi, l'exercice de simulation de La Grande secousse, qui aura lieu à 10 h 20 le 20 octobre, vise à répéter en famille ou en groupe, surtout avec les plus jeunes, les gestes de se baisser, de s'abriter et de s'agripper à quelque chose.

Les gens sont invités à inscrire leur famille, leur communauté, leur organisation ou encore leur école sur le site web de La Grande secousse du Québec.

Source:
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2016/09/24/001-grande-secousse-quebec-seisme-simulation.shtml

Et encore... Etats-Unis : une fusillade à Houston aurait fait sept blessés, le tireur abattu

Au moins sept personnes auraient été blessées dans une fusillade à Houston, au Texas, selon la chaîne de télévision ABC News. Le tireur, prétendument un Afro-Américain, a été abattu.

L’homme qui aurait blessé plusieurs personnes en ouvrant le feu dans la ville de Houston a été abattu par les policiers, a annoncé le compte Twitter de la police de Houston.

Le tireur a été décrit par des témoins comme un homme noir armé d’un revolver. Il aurait blessé sept personnes, selon la chaîne ABC, tandis que les autorités confirment la présence de blessés sans en préciser leur nombre.

La fusillade aurait été très intense. Un témoin a confié à la chaîne ABC13 qu’il a entendu environ une centaine de «tirs réguliers».

Des photos publiées sur les réseaux sociaux montrent des victimes allongées sur le sol.

Des forces de police et des ambulances ont été dépêchées sur place. Une brigade de démineurs a aussi été déployée sur place après qu’un véhicule suspect a été repéré dans le quartier.

Source:
https://francais.rt.com/international/26850-etats-unis--fusillade-houston

dimanche 25 septembre 2016

Etats-Unis : fusillade et attaque au couteau près de plusieurs universités

Deux attaques se sont déroulées quasi simultanément près de deux universités américaines à Boston (Massachusetts) et à Champaign (Illinois). Un premier bilan non officiel fait état de 6 et 9 personnes touchées.

A Boston, six personnes ont été poignardée en pleine rue peu après minuit (6h heure française) selon le Boston Globes, à proximité de l’Emerson College. L’une d’entre-elle serait grièvement touchée selon la police, qui a également déclaré avoir identifié un suspect. L’établissement scolaire a demandé à ses étudiants de faire preuve de prudence, évoquant deux hommes en fuite.

Fusillade sur un campus universitaire de l'Illinois

Au même moment, à 1 600 kilomètres de là, une fusillade s’est déroulée à Champaign au sud de Chicago, à proximité d’un campus de l’université de l’Illinois, dans un secteur rempli de bars très prisés par les étudiants. Aucun bilan n’a pour l’instant été communiqué.

Dans une vidéo tournée au moment de la fusillade par une jeune diplômée de l’université, Kathryn Lawlor, cinq coups de feu rapprochés sont nettement audibles avant que la jeune femme ne mette fin à la séquence.

Deux autres fusillades avaient auparavant secoué les Etats-Unis en à peine 24 heures. La première, dans un centre commercial de l'Etat de Washington au nord-ouest du pays, a provoqué la mort de cinq personnes vendredi soir. En fuite, le suspect est activement recherché par la police.

La seconde est intervenue samedi soir, quelques heures à peine avant les événements de Boston et Champain. A Baltimore, dans le Maryland, huit personnes ont été blessées lors d'une fusillade. Trois personnes jugée armées et très dangereuses seraient en fuite.

Source:

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Chargement...

Articles les plus consultés