Suivre ce blog via Facebook

dimanche 31 décembre 2017

Les météorologistes du monde entier ne plaisantaient pas en disant que cela allait être un grand weekend «glacial». Du moins, c’est ce que confirment les Chutes du Niagara, partiellement gelées à la veille du Nouvel An


Le réveillon du Nouvel An aux États-Unis et au Canada risque de se dérouler par un froid polaire.

Des vents venus de l'Arctique ont soufflé cette semaine sur une grande partie des États-Unis et du Canada, notamment au Québec, provoquant une vague de froid exceptionnelle.

L'ampleur du phénomène météorologique est telle que la Californie a été touchée et des pluies glaciales y sont tombées en certains endroits.

Vendredi, pour la seconde journée consécutive, le Dakota du Nord et le sud du Minnesota ont subi les températures parmi les plus froides du pays.

Elles devraient avoisiner samedi les —35°C dans certaines parties du Dakota du Nord, avec une température ressentie de —45°C.

À New York, où des centaines de milliers de personnes sont attendues à Manhattan pour célébrer la nouvelle année, les températures devraient atteindre —12°C, voire moins encore.

Plus au sud, à Memphis dans le Tennessee, le thermomètre devrait afficher —10°C, bien en dessous des normales de saison.

Dans le Maine, bordé au nord par le Québec, le gouvernement a décrété l'état d'urgence afin de permettre aux transporteurs de fioul domestique de travailler au-delà des horaires autorisés.

Au Canada, le gouvernement a annulé vendredi un concert du passage au Nouvel An qui était prévu à Parliament Hill à Ottawa, marquant la fin des célébrations du 150e anniversaire de la fondation du pays.

Dans la province de Québec, le mercure est descendu à —25°C.

Source:

Les autorités sud-coréennes ont saisi un deuxième navire soupçonné de transférer des produits pétroliers vers la Corée du Nord en violation des sanctions internationales

https://www.theguardian.com/world/2017/dec/31/south-korea-seizes-second-ship-suspected-of-smuggling-oil-to-north

Nous entrons, pour quelques décennies, dans un cycle de "refroidissement global". PRÉPAREZ-VOUS...

* Je vous traduit ici l'exposé théorique et scientifique de David Dilley, ancien météorologue du NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), aujourd'hui scientifique senior à l'institut Global Weather Oscillations Inc. Voici un résumé qui, je l'espère, vous éclairera sur une réalité climatique en cours qui, sans nul doute, fait ses preuves sur nos thermomètres depuis plusieurs jours!

L'augmentation et la diminution du dioxyde de carbone est directement liée aux cycles d'alternance de réchauffement global, de pause des températures et de périodes glaciaires. Ces cycles consistent en une hausse des températures globales pendant quelques années, accompagnée d'une hausse du dioxyde de carbone, suivie par une période de pause ou de refroidissement global, lequel amène avec lui une chute "proportionnelle" du dioxyde de carbone. 

Les mesures de dioxyde de carbone suivent l'élévation de la température globale, elles augmentent à la suite de la hausse des températures, il n'est donc pas responsable de l'élévation de la température, mais ce sont les températures globales qui suscitent l'augmentation du dioxyde de carbone. Le dioxyde de carbone qui est relié à l'augmentation des températures est, sans contredit, D'ORIGINE NATURELLE et non pas d'origine humaine.
La ligne rouge indique la température globale et la ligne bleue
indique les niveaux de dioxyde de carbone.
Il y 7000 ans, la température globale a atteint des sommets, le taux de dioxyde de carbone a suivi la courbe de hausse des températures, ce qui témoigne que la pollution humaine n'a pas d'impact sur ce cycle de réchauffement planétaire. Bien sûr, les émissions actuelles de dioxyde de carbone d'origine humaine n'ont rien de positives et ne contribuent certainement pas à maintenir un équilibre environnemental/écologique, mais elles n'ont ultimement pas d'impact sur le climat global. 

Depuis plus de 17 ans, les températures globales sont en "mode pause" et selon les climatologues et scientifiques, dont David Dilley (NOAA), John Casey (conseiller pendant 35 ans pour la politique spatiale des Etats-Unis), ainsi que plusieurs autres, les prochaines décennies tendent vers une baisse des températures globales et vers une baisse du dioxyde de carbone.


Dilley et Casey croient et démontrent que les émissions industrielles de CO2 ne sont pas suffisamment graves pour causer un changement sur le climat terrestre et que le changement climatique est entièrement affecté par le soleil. Ils dénoncent le "réchauffement climatique" comme étant un gigantesque mensonge, le plus grand scandale scientifique de tous les temps! 

La "théorie Milankovitch", élaborée en 1941, explique l'alternance des cycles glaciaires et interglaciaires durant le Quaternaire (période géologique la plus récente sur l'échelle des temps géologiques). Une glaciation se produit lorsque les hautes latitudes de l'hémisphère nord reçoivent un minimum de rayonnement solaire durant l'été. Trois paramètres astronomiques jouent un rôle important dans la distribution de l'insolation sous les hautes latitudes : l'excentricité de l'orbite terrestre, l'obliquité de l'axe de rotation de la Terre par rapport au plan de l'écliptique et la précession des équinoxes. 

Dilley, soutenant la "théorie de Milankovitch", ajoute que les forces de marée gravitationnelles de la Lune et du Soleil, "cycle lunisolaire" (qui se produit à tous les 9 ans) appliquent une force qui a un effet sur l'insolation de la Terre par rapport à sa position. Dilley nous annonce, dès 2019, un changement dramatique au niveau des températures mondiales, une chute du thermomètre pendant au moins 3 décennies!

Les conséquences seront évidemment majeures pour tous les habitants de la terre puisque la première industrie qui sera affectée est l'agriculture avec, selon certaines estimations optimistes pour le climat nord-américain, un déficit de 3 semaines pour la culture des fruits et des légumes. Les grands cours d'eau qui permettent les importations et les exportations de marchandises, comme les Grands Lacs et la rivière Mississippi, pourraient devenir des étendues de glace impossible à naviguer. L'expansion des glaces fera le bonheur des ours polaires, mais les autochtones du Grand Nord vont littéralement geler. Les peuples logés dans des secteurs où la température est normalement élevée vont être forcés de changer drastiquement leurs habitudes de vie. Le refroidissement causera aussi, et surtout, une augmentation des volcans qui vont entrer en éruption puisque l'activité gravitationnelle expliquée par la "théorie Milankovitch" va créer un grand stress sur le noyau terrestre, ce qui aura forcément une incidence sur la croûte terrestre, donc une augmentation des séismes majeurs.

Une augmentation des grands tremblements de terre est prévue pour 2018 en raison du ralentissement périodique de la rotation de la Terre
https://conscience-du-peuple.blogspot.com/2017/11/une-augmentation-des-grands.html

samedi 30 décembre 2017

La Corée du Nord, dont le programme spatial n'est selon certains experts qu'une couverture pour son programme balistique, prépare un nouveau lancement de satellite, rapporte mardi un journal sud-coréen

* DPRK Situation Report: North Korea Prepares New HS-15 Orbital Launch, Tests Anthrax Weapon on ICBM Amid Officer Disappearances
https://theaviationist.com/2017/12/27/dprk-situation-report-north-korea-prepares-new-hs-15-orbital-launch-tests-anthrax-weapon-on-icbm-amid-officer-disappearances/

The rogue nation’s satellites could be equipped to deliver an EMP attack
https://www.washingtontimes.com/news/2017/aug/15/north-korean-threat-also-includes-satellites-with-/

Article de 2012 du Washington Times: "Une bombe à impulsion électromagnétique nord-coréenne pourrait détruire les États-Unis"
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2017/04/article-de-2012-du-washington-times-une.html

Alors que la communauté internationale et les médias d'information se concentrent sur les tests de missiles nord-coréens et son programme nucléaire, un expert a averti que la Corée du Nord pourrait détruire la fonctionnalité de la patrie américaine avec une impulsion électromagnétique (EMP)
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2017/08/alors-que-la-communaute-internationale.html


Pyongyang préparerait un nouveau lancement de satellite, alors que le Conseil de l'ONU a adopté un nouveau train de sanctions la semaine passée visant à l'en dissuader.

La Corée du Nord, dont le programme spatial n'est selon certains experts qu'une couverture pour son programme balistique, prépare un nouveau lancement de satellite, rapporte mardi un journal sud-coréen.

Un neuvième train de sanctions a été adopté la semaine dernière par le Conseil de sécurité de l'ONU pour contraindre Pyongyang à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique interdits, mais aussi aux lancements de satellite.

"Nous avons récemment appris par différents canaux que le Nord a achevé un nouveau satellite appelé Kwangmyongsong-5", a déclaré une source gouvernementale au quotidien Joongang Ilbo. "Leur projet est de mettre sur orbite un satellite équipé de caméras et d'instruments de télécommunication", a-t-elle ajouté.

Des lancements "absolument" conformes

Les renseignements sud-coréens pensent que ce satellite pourrait être lancé d'un lanceur mobile, et non du site de lancement habituel de Sohae. L'article a été publié au lendemain de la publication d'un texte dans le Rodong Sinmun, organe officiel du parti au pouvoir en Corée du Nord, réaffirmant le droit de Pyongyang à lancer des satellites.

Le quotidien avance que les lancements nord-coréens de satellites sont "absolument" conformes à la Charte de l'ONU et au droit international relatifs aux programmes spatiaux. Le journal invoque à titre d'exemple le récent lancement d'un satellite algérien.

Le 3 décembre, le Rodong Sinmun avait encore défendu la "nature pacifique" du programme spatial nord-coréen et assuré le 10 décembre que chaque pays avait le droit de développer un programme spatial.

En octobre, l'ambassadeur adjoint de la Corée du Nord auprès de l'ONU, Kim In-Ryong, avait indiqué que son pays suivait un plan de quatre ans (2016-2020) portant sur le développement de "satellites contribuant au développement économique et à l'amélioration des conditions de vie de la population".

"Phase de développement pratique des satellites"

Il avait ajouté que la Corée du Nord était "entrée dans la phase de développement pratique de ses satellites" avec la mise sur orbite réussie selon Pyongyang en février 2016 du Kwangmyongsong-4. Après des années d'échecs successifs, la Corée du Nord aurait réussi en décembre 2012 à placer un satellite en orbite.

Le journal russe Rossiyskaia Gazeta citait il y a quelques semaines un expert militaire russe, Vladimir Khrustalev, affirmant qu'il s'attendait à ce que la Corée du Nord lance incessamment deux satellites, l'un de communications, l'autre d'observation de la Terre.

Il avait tenu ces propos à son retour d'une visite d'une semaine en Corée du Nord à la mi-novembre, au cours de laquelle il avait rencontré des responsables de l'agence spatiale nord-coréenne.

Sources:http://www.bfmtv.com/international/la-coree-du-nord-prepare-un-lancement-de-satellite-1335407.html
http://koreajoongangdaily.joins.com/news/article/article.aspx?aid=3042529

La Russie a prévenu la Corée du Nord et les Etats-Unis qu'ils sont sur la bonne voie pour une guerre explosive d'un niveau "jamais vu auparavant dans l'histoire de l'humanité"


Les présidents américain Donald Trump et Kim Jong-un pourraient tomber dans une guerre nucléaire "d'une ampleur sans précédent", a prévenu le diplomate suprême de Vladimir Poutine, Oleg Burmistrov.

Le soi-disant ambassadeur russe a prédit le début d'une guerre "non provoquée" et a déclaré que les Etats-Unis "jouent avec le feu" en provoquant la Corée du Nord.

Moscou a appelé à plusieurs reprises au calme dans la région alors que la guerre des mots de Trump et Kim a attisé le conflit vers de nouveaux sommets terrifiants ces derniers mois.

Burmistrov a appelé le monde à faire "tout son possible" pour empêcher la guerre qui se traduirait par la première utilisation des armes nucléaires depuis la Seconde Guerre mondiale.

La Corée du Nord pourrait être en train de préparer un autre essai de missile avant la fin de l'année, alors que les États-Unis ont déployé le 27 décembre un de leurs meilleurs avions-espions Cobra Ball.

Burmistrov a déclaré à Spoutnik: "[Cela pourrait être] la catastrophe à une échelle jamais vue auparavant dans l'histoire humaine."

"Nous ne parlons pas seulement d'un conflit militaire majeur, mais aussi d'un conflit potentiellement nucléaire."

"Nous sommes maintenant confrontés à un conflit militaire majeur, qui peut devenir une réalité si le plan de solution militaire est mis en œuvre."

"Et nous devons faire tout ce qui est possible pour éviter que cela ne se produise."

Le meilleur homme de Poutine a suggéré que les exercices de guerre américains dans la région pourraient "tester" la Corée du Nord et chercher des raisons d'imposer un blocus économique total à Pyongyang.

Il a décrit la région comme un "baril de poudre" alors que les forces militaires continuent de marcher dans la péninsule coréenne.

L'ambassadeur a ajouté: "La situation dans la péninsule coréenne est caractérisée par un niveau de tension sans précédent, il y a un risque croissant de glisser dans un conflit armé, non provoqué, mais qui peut commencer en raison de circonstances accidentelles."

M. Burmistrov s'est déjà rendu à Pyongyang pour discuter de la crise nucléaire et a également organisé des réunions avec des responsables nord-coréens à Moscou.

Cette semaine, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rencontré le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson pour discuter de la Corée du Nord.

Malgré des tensions séparées entre Moscou et Washington, les deux hommes se sont mis d'accord sur le fait qu'ils "n'accepteront jamais" un Kim nucléaire.

La Corée du Nord se prépare à lancer une fusée spatiale, qui, selon les experts, pourrait servir de couverture à un autre test d'armement.

Kim devrait être en mesure d'effectuer au moins un autre lancement avant la fin de l'année, a déclaré l'expert nord-coréen Michael Madden à Daily Star Online.

Pyongyang aurait des ambitions à long terme pour lancer un missile nucléaire au cœur du Pacifique.

Ce test est connu comme le redouté Juche Bird [bombe nucléaire dans le Pacifique] - et a été décrit comme la «ligne rouge» de Trump qui pourrait déclencher la troisième guerre mondiale.

Source:

L'allemagne doit créer une "zone de protection" pour prévenir les agressions sexuelles qui se sont produites au Nouvel an 2016

Selon un rapport publié par les autorités locales le 5 avril 2016, sur les 153 personnes suspectées d'avoir commis des agressions, notamment à caractère sexuel, lors du Jour de l'An à Cologne, 103 étaient de nationalité algérienne ou marocaine. Un autre rapport de police qui avait fuité en juillet 2016 avait conclu que plus de 1 200 femmes avaient été agressées sexuellement dans diverses villes allemandes dans la nuit du 31 décembre 2015 au 1er janvier 2016. Plus de 2 000 hommes auraient été impliqués et environ 120 suspects ont été identifiés, dont la plupart étaient des étrangers fraîchement arrivés en Allemagne. 

Lire la suite sur:

vendredi 29 décembre 2017

Corée du Nord: Pékin accusé de livrer du pétrole malgré les sanctions

La Chine s'est défendue vendredi de livrer clandestinement du pétrole à la Corée du Nord, après des accusations en ce sens de Donald Trump et l'arraisonnement par la Corée du Sud d'un navire hongkongais qui aurait transbordé des hydrocarbures sur un bâtiment de Pyongyang.

«Pris la MAIN DANS LE SAC», a lancé le président américain jeudi sur Twitter, se disant «très déçu de voir la Chine permettre au pétrole d'entrer en Corée du Nord» en violation des sanctions adoptées par l'ONU pour forcer Pyongyang à renoncer à son programme nucléaire.

«Il n'y aura jamais de solution amicale» avec la Corée du Nord «si cela se poursuit», a menacé le président américain qui a déjà évoqué une action militaire contre ce pays.

Un responsable du département d'État a précisé que «certains navires», dont des bateaux chinois, «se livraient à des activités prohibées par l'ONU, y compris des transbordements de produits pétroliers raffinés entre deux vaisseaux et le transport de charbon provenant de la Corée du Nord».

Une accusation catégoriquement rejetée par Pékin qui a qualifié ces informations «d'inexactes» et s'en est pris en termes à peine voilés au tweet de Donald Trump. «Faire du battage sans raison via les médias ne contribue pas au renforcement de la confiance mutuelle et de la coopération», a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Mais les accusations du locataire de la Maison-Blanche semblent corroborées par la Corée du Sud qui a annoncé vendredi avoir brièvement arraisonné en novembre un navire hongkongais ayant transféré des produits pétroliers sur un bateau nord-coréen.

L'annonce de ce contrôle est intervenue au lendemain d'un nouveau durcissement par l'ONU des sanctions contre le régime de Kim Jong-Un. Le Conseil de sécurité a banni des ports du monde entier quatre navires soupçonnés de transporter ou d'avoir transporté des marchandises interdites, a appris l'AFP de sources diplomatiques.

«Réseaux illégaux»

Un responsable du ministère sud-coréen des Affaires étrangères a précisé que les douanes de son pays avaient arraisonné le 24 novembre le navire hongkongais Lighthouse Winmore, pour avoir transbordé le 19 octobre des produits pétroliers sur le Sam Jong 2 dans les eaux internationales.

«C'est un cas typique de la façon dont la Corée du Nord contourne sournoisement les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU en utilisant ses réseaux illégaux», a-t-il déclaré aux journalistes.

La porte-parole de Pékin a contesté ces informations en affirmant que le bateau en question n'avait pas mouillé dans des ports chinois depuis août.

Le Conseil de sécurité a multiplié ces dernières années les trains de sanctions pour contraindre Pyongyang à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique.

Et en bannissant jeudi trois navires nord-coréens et un de Palau, selon une liste finale adoptée par l'ONU, l'exécutif onusien a en fait doublé le nombre de bateaux interdits de ports.

Quatre autres navires, battant pavillon des Comores, de Saint Kitts et Nevis, du Cambodge et de la Corée du Nord, avaient déjà été interdits de ports en octobre, une première dans l'histoire des Nations unies.

Une liste de dix navires avait été proposée à l'interdiction par les États-Unis, mais «seulement quatre navires ont été acceptés» par l'ONU, même si «la procédure reste ouverte» pour les autres bateaux, a indiqué à l'AFP un diplomate sous couvert d'anonymat.

Plusieurs sources diplomatiques ont indiqué que la Chine s'était opposée à l'inscription sur la liste noire des six autres navires proposés par les États-Unis.

En 2017, le Conseil de sécurité a imposé à l'unanimité trois séries de sanctions économiques à la Corée du Nord, toutes plus fortes les unes que les autres: le 5 août (fer, charbon, pêche...), le 11 septembre (textile, limitation de livraisons de pétrole) et le 22 décembre (produits pétroliers raffinés notamment).

Source:

Kim Jong Un ne semble toujours pas ouvert à la discussion ni résolu à cesser la progression de son programme nucléaire en ce 29 décembre 2017!

La récente "résolution des sanctions" du Conseil de sécurité de l'ONU, manipulée par les Etats-Unis, est un document illégal sans légitimité.

Il est tout à fait juste que la RPDC ait catégoriquement rejeté la «résolution des sanctions» comme une violation gratuite de sa souveraineté et un acte de guerre qui harcèle la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne et dans la région.

La raison pour laquelle nous avons opté pour le développement simultané des deux fronts était de défendre la souveraineté et l'intégrité territoriale du pays contre la politique de chantage nucléaire et la menace nucléaire des impérialistes américains et d'assurer la vie pacifique du peuple et de garantir la paix et la sécurité de la péninsule coréenne et, par ailleurs, du monde.

Les Etats-Unis se tromperaient gravement s'ils pensaient pouvoir freiner la progression victorieuse du peuple coréen avec une telle "résolution des sanctions".

Sa poursuite de la politique d'étouffement de la RPDC ne fera que plonger les États-Unis dans l'écueil creusé par lui-même.

Il est clair que le recours américain à la force plongerait son continent dans l'holocauste nucléaire et accélérerait sa ruine sur la planète.

Les forces fantoches sud-coréennes et les réactionnaires japonais doivent garder à l'esprit que leurs actions actives pour étouffer la RPDC en prenant l'avantage des Etats-Unis provoqueraient un coup de représailles impitoyable de la part de la RPDC.

La responsabilité de toutes les conséquences qu'entraînera la «résolution de sanctions» sera mise sur les pays qui ont levé la main pour son adoption.

Aucune force ne peut empêcher l'armée et le peuple de la RPDC de faire des progrès dynamiques pour soutenir la force nucléaire de l'État sous la grande bannière du développement simultané des deux fronts, malgré les sanctions et les pressions.

Le chef d'état-major de l'armée russe a accusé aujourd'hui les Etats-Unis d'entraîner d'anciens combattants de l'Etat islamique (EI) en Syrie afin de déstabiliser le pays

Document déclassifié: Les USA misaient sur l’Etat islamique dès 2012 pour déstabiliser la Syrie
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2016/02/document-declassifie-les-usa-misaient.html

"L’administration actuelle a prouvé que les Etats-Unis sont un allié de Daesh", a déclaré une candidate indépendante à la présidence des États-Unis
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2016/09/ladministration-actuelle-prouve-que-les.html

Le chef d'état-major de l'armée russe a accusé aujourd'hui les Etats-Unis d'entraîner d'anciens combattants de l'Etat islamique (EI) en Syrie afin de déstabiliser le pays.

Le général Valery Guerassimov affirme, dans un entretien publié par le quotidien Komsomolskaya Pravda, que l'armée américaine utilise une base militaire à Tanf, un axe de communication stratégique à la frontière de l'Irak dans le sud de la Syrie. Cette base qualifiée d'illégale et la zone qui l'entoure forment "un trou noir" dans lequel les djihadistes peuvent opérer, estime-t-il.

Les Etats-Unis soutiennent que le complexe de Tanf est une base temporaire utilisée pour entraîner des forces alliées afin de combattre les troupes de l'EI. L'armée américaine a plusieurs fois démenti par le passé des accusations de cette nature. Le général Guerassimov précise que ces anciens djihadistes se font désormais appeler la Nouvelle armée syrienne ou qu'ils utilisent d'autres appellations.

La présence de ces combattants sur la base de Tanf a été établie par des satellites et des drones russes. Guerassimov ajoute qu'un important contingent de djihadistes et d'ex-soldats de l'EI se trouvent également à Chadadi, sur une autre base américaine. "Ils appartiennent en fait à l'Etat islamique", affirme-t-il. "Mais une fois qu'ils sont formés, ils changent d'endroit et prennent un autre nom. Leur mission est de déstabiliser la situation", ajoute-t-il.

La Russie s'est partiellement retirée de Syrie mais elle y conserve une base aérienne et une base navale pour faire face à des poches d'instabilité, précise Guerassimov.

Source:

jeudi 28 décembre 2017

James Rickards, qui a travaillé avec la communauté du renseignement américain pendant des décennies, croit que la guerre avec la Corée du Nord est très probable dans les trois premiers mois de 2018 et prétend que le directeur de la CIA a sous-entendu qu'une intervention militaire américaine serait inévitable au cours des prochains mois (à lire)

Forbes: "Is James Rickards Right About A Coming Monetary Apocalypse?"
https://www.forbes.com/sites/ralphbenko/2014/04/28/is-james-rickards-right-about-a-coming-monetary-apocalypse/#7edbd90fa493

Un article signé James Rickards qui expose et nuance les enjeux géopolitiques liés à la poursuite du programme nucléaire nord-coréen et qui justifie les fortes et imminentes probabilités qu'un conflit militaire se produise dans la région.


Dans un conclave privé à Washington DC le 20 octobre 2017, Mike Pompeo, directeur de la CIA, a dit à un petit groupe de réflexion (dont moi) qu'il serait imprudent de supposer qu'il faudrait plus de cinq mois à la Corée du Nord pour avoir un arsenal fiable de missiles ICBM à armement nucléaire. Ceux-ci pourraient frapper les villes américaines et tuer des millions d'Américains.

Cinq mois à partir du 20 octobre 2017 est le 20 mars 2018. C'est une date éloignée, mais la guerre commencera probablement avant cette date.

Cela créerait un élément de surprise - et éviterait la surprise d'un déploiement d'armes stratégiques plus rapide que prévu par le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Pourquoi les États-Unis ne peuvent-ils pas vivre avec une Corée du Nord à armement nucléaire ?

Nous avons réussi à vivre avec une Russie armée et la Chine pendant la guerre froide.

Nous nous sommes appuyés sur la dissuasion, l'endiguement, les sanctions, la diplomatie et, éventuellement, sur les traités d'armement pour éviter une guerre nucléaire. Pourquoi ne pas faire la même chose avec Kim?

Le conseiller en matière de sécurité nationale du président Trump, le général HR McMaster, a également répondu à cette question lors de notre conclave à Washington.

Il a déclaré que l'acceptation d'une Corée du Nord dotée d'armes nucléaires est "inacceptable". Les États-Unis empêcheront la Corée du Nord d'acquérir sa capacité nucléaire au lieu d'apprendre à vivre avec.

Les raisons sont nombreuses. Aucune des autres puissances nucléaires n'a jamais menacé d'attaquer les États-Unis à moins d'être attaquée en premier.

La Corée du Nord a menacé d'attaquer et de détruire les États-Unis plusieurs fois. La meilleure approche pour faire face aux menaces des dictateurs est de les prendre au mot.

Adolph Hitler a dit au monde dans les années 1920 qu'il allait unir l'Allemagne, conquérir l'Europe et tuer les Juifs. Il l'a fait dans les années 1930 et 1940.

Oussama Ben Laden a déclaré la guerre aux Etats-Unis en 1996 et à nouveau en 1998. En 2001, il a attaqué New York et Washington et a fait des milliers d'Américains morts à Manhattan, en Virginie et en Pennsylvanie.

Quand Kim Jong Un dit qu'il va attaquer les Etats-Unis avec des armes nucléaires, il est imprudent de croire le contraire.

Les autres conséquences d'une Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire sont l'acquisition d'armes nucléaires par le Japon et la Corée du Sud (pour des raisons défensives) et l'Iran (pour des raisons offensives, en utilisant la technologie fournie par la Corée du Nord).

Une fois que l'Iran aura des armes nucléaires, l'Arabie Saoudite, l'Egypte et la Turquie suivront. Bref, une Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire mène rapidement à l'armement nucléaire dans six autres pays, dont beaucoup sont hostiles les uns aux autres et aux États-Unis.

Ce genre de prolifération augmente exponentiellement les chances d'une guerre nucléaire entre un ou plusieurs de ces pays plus tôt que plus tard.

C'est une raison de plus pour tracer une ligne dans le sable et ne pas permettre à la Corée du Nord d'avoir des armes nucléaires en premier lieu.

Kim Jong Un est-il fou?

La communauté du renseignement américain ne le croit pas. Ils estiment que Kim est un acteur rationnel, quoique rationnel dans son propre champ de vision limité.

Kim a vu que le leader libyen Kadhafi a abandonné ses armes nucléaires. La Libye a ensuite été envahie par l'OTAN et Kadhafi a été tué.

L'Irak de Saddam Hussein avait un programme d'armement nucléaire dans les années 1980, qu'il a abandonné après la première guerre du Golfe. Des années plus tard, une coalition américaine envahit l'Irak et Saddam fut pendu.

L'Ukraine a abandonné les armes nucléaires qu'elle a acquises après l'éclatement de l'ex-Union soviétique. Plus tard, la Russie a envahi l'Ukraine, annexé la Crimée et occupé des parties de l'est de l'Ukraine.

L'Iran a un programme d'armement nucléaire qu'il n'a pas abandonné. Les mollahs qui dirigent l'Iran sont toujours debout.

La leçon pour Kim est claire. Si vous abandonnez les armes nucléaires, l'Occident vous envahira et vous tuera. Si vous gardez vos armes nucléaires, l'Occident vous laissera tranquille.

Par conséquent, Kim se sent plus en sécurité avec ses armes nucléaires que sans. Ce n'est pas fou. Sa justification prima facie est basée sur la preuve. Kim va continuer son programme d'armes.

La position de Kim a-t-elle pour objectif d'obtenir un allègement des sanctions? Non. Kim pourrait bénéficier d'un allègement des sanctions à tout moment avec un appel téléphonique à Washington. Il doit juste arrêter ses programmes d'armes.

Kim n'a pas besoin d'aller aussi loin, y compris un test de la bombe H, des tests ICBM et le développement de sous-marins nucléaires pour obtenir un allègement des sanctions. Il est en mode 'breakout' et se dirige vers une solide capacité d'armement nucléaire.

Kim ne comprend-il pas les dommages qu'il va subir si les Etats-Unis attaquent?

En premier lieu, Kim croit que nous bluffons. Il s'appuie en partie sur la «ligne rouge» échouée d'Obama sur l'utilisation syrienne des armes chimiques et biologiques.

La Syrie a utilisé les armes de toute façon et Obama n'a rien fait. Kim a pris des notes. Il croit que les États-Unis sont un tigre de papier.

La Chine va-t-elle aider les États-Unis à assassiner Kim et à forcer le changement de régime en Corée du Nord? La réponse est non. La Chine ne veut pas déstabiliser la Corée du Nord parce qu'elle craint un afflux de réfugiés en Chine.

Ils craignent également une réunification de la péninsule coréenne à des conditions favorables aux Etats-Unis si le régime de Kim est déstabilisé.

La Chine pense aussi que les Etats-Unis bluffent. Je l'ai appris récemment lors d'un déjeuner dans un club exclusif à Washington DC avec l'un des meilleurs stratèges géopolitiques en Chine et un conseiller auprès des dirigeants chinois.

Qu'en est-il des dommages collatéraux en Corée du Sud et peut-être au Japon?

Les dommages potentiels sont réels, mais les États-Unis considèrent cela comme un coût nécessaire pour mettre fin à la menace nord-coréenne une fois pour toutes.

Aucun dirigeant du drapeau américain n'échangera Seattle contre Séoul. Nous vivons dans un nouveau monde "America First".

Les Sud-Coréens et les Japonais le comprennent. C'est pourquoi ils coopèrent avec nous pour mettre fin à la menace de la Corée du Nord.

La situation ne va pas s'améliorer pour eux si nous ne faisons rien. Une fois que la Corée du Nord dispose d'un arsenal nucléaire, le chantage fait au Japon et l'invasion de la Corée du Sud ne sont qu'une question de temps.

Les États-Unis espèrent atténuer les dommages collatéraux avec une combinaison redoutable de cyber-guerre, de guerre psychologique, d'opérations spéciales, de bombardements massifs et d'une invasion aérienne et amphibie limitée.

Les États-Unis ont également une technologie d'armes secrètes, y compris le drone hypersonique Waverider (lancé à partir de vaisseaux mères B-52) et un drone à micro-ondes par rapport aux systèmes de lancement de missiles nord-coréens. Quand la guerre commencera, la Corée du Nord ne saura pas ce qui les a frappés.

J'évalue les résultats probables en Corée du Nord comme suit:

10% de chance Kim Jong Un se retire et permet des inspections d'armes

20% de chance que Kim soit assassiné et qu'un changement de régime se produise

0% de chance que les États-Unis acceptent une Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire

70% de chance de guerre avant la mi-mars 2018.

Traduction partielle de l'article trouvé sur:

L'effondrement des températures pourrait envoyer le monde dans un «mini-âge glaciaire» en 2030 et pourrait annuler le réchauffement climatique, affirment les mathématiciens

*  La responsable de la recherche prend soin de tenir un discours politiquement correct en disant que le modèle mathématique n'est pas une preuve d'un mini âge glaciaire à venir, mais elle ajoute que le "réchauffement climatique", résultat de la pollution humaine, pourrait renverser l'activité du Soleil.

Est-ce que je suis la seule à sourciller en lisant que le "réchauffement climatique" a un effet sur les cycles naturels du Soleil? Carlos....

Selon Carlos Ramirez (http://lepouvoirdelaconnaissance.com), nous verrons les effets d'un refroidissement dès 2020
https://conscience-du-peuple.blogspot.com/2017/11/voici-une-entrevue-de-carlos-ramirez.html

Une nouvelle période de glaciation s'annonce : au cours des prochaines années, les températures moyennes risquent de baisser de quelques degrés dans plusieurs villes européennes
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2017/09/baisse-de-temperature-paris-tamise.html

And now it's global COOLING! Return of Arctic ice cap as it grows by 29% in a year
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2415191/And-global-COOLING-Return-Arctic-ice-cap-grows-29-year.html?printingPage=true

Et selon le Dr. David Hathaway, scientifique de la NASA, nous entrons dans un mini âge glaciaire...
This period of solar inactivity also corresponds to a climatic period called the "Little Ice Age" when rivers that are normally ice-free froze and snow fields remained year-round at lower altitudes. There is evidence that the Sun has had similar periods of inactivity in the more distant past. The connection between solar activity and terrestrial climate is an area of on-going research.
https://solarscience.msfc.nasa.gov/SunspotCycle.shtml


Dans un peu plus d'une décennie, le monde pourrait être plongé dans un «mini-âge glaciaire», ont averti des scientifiques.

Les températures commenceront à chuter en 2021, selon un modèle mathématique de l'énergie magnétique du Soleil.

Ce, disent-ils, conduira à un phénomène connu sous le nom « minimum de Maunder » - qui a déjà été connu comme un mini-âge glaciaire quand il a frappé entre 1646 et 1715, provoquant même la congélation de la rivière de la Tamise.

L'étude indique qu'entre 2020 et 2030, les cycles solaires s'annuleront les uns les autres.

Le modèle du cycle solaire du Soleil produit des prédictions sans précédent d'irrégularités au sein des battements cardiaques de 11 ans du Soleil.

Il utilise des effets de dynamo dans deux couches du Soleil, l'une proche de la surface et l'autre profonde dans sa zone de convection.   

Les chercheurs, dirigés par le professeur de mathématiques Valentina Zharkova à l'Université Northumbria, se sont appuyés sur des recherches antérieures qui prédisent les ondes magnétiques produites par le soleil.

Cependant, elle a averti que son modèle ne pouvait pas être utilisé comme une preuve d'un mini-âge glaciaire - en partie à cause du réchauffement climatique.   

"J'espère que cet avertissement mondial sera annulé par cet effet, donnant à l'humanité et à la Terre 30 ans pour régler notre pollution", a-t-elle déclaré à Sky News.

Le modèle prédit que la paire d'ondes deviendra de plus en plus décalée durant le cycle 25, qui culminera en 2022.

Au cours du cycle 26, qui couvre la décennie 2030-2040, les deux vagues deviendront exactement désynchronisées, ce qui entraînera une réduction significative de l'activité solaire.

Source:

Donald Trump publie dans les dernières minutes: «Dans l’est, cela pourrait être la veille du jour de l’an la plus froide jamais enregistrée. Peut-être qu’on pourrait utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique pour lequel notre pays, mais aucun autre pays, s’apprêtait à payer des trillions de dollars afin de s’en protéger. Couvrez-vous!»

* Sur celle-là, je lui donne mon vote!


https://twitter.com/realDonaldTrump

Donald Trump a publié ce matin une vidéo où il affirme, dans une entrevue réalisée il y a 18 ans, que la capacité nucléaire de la Corée du Nord est le plus grave danger pour les États-Unis et qu'il ne faut pas attendre qu'elle pointe ses missiles sur de grandes villes américaines avant de l'arrêter

* Il salue évidemment son "omniscience", mais au-delà de son auto-glorification je crois que cette vidéo publiée à la veille de 2018 est porteuse d'un message politique clair adressé aux citoyens américains et un avertissement à la communauté internationale. Ce qui vient ajouter un poids à ce message, à cette vidéo, est le fait que Donald Trump a publié plus tôt aujourd'hui sa déception à l'effet que la Chine permet l'exportation de pétrole en Corée du Nord et ce, malgré les sanctions décidées par le Conseil de Sécurité de l'ONU. Il ajoute qu'il n'y aura pas de solution à l'amiable si ça continue à se reproduire. Le message me paraît assez clair!


https://twitter.com/realDonaldTrump

Le niveau de tension autour de la péninsule de Corée est tel qu’un conflit militaire peut y éclater spontanément, après une suite d’incidents fortuits. Si Washington opte pour un scénario militaire, il risque de déclencher une guerre nucléaire dans la région, d’après la diplomatie russe

* Rien qu'on ne savait déjà, mais cette possibilité de guerre nucléaire est annoncée par un officiel russe.

La mise en œuvre de l’option militaire par les États-Unis contre la Corée du Nord provoquera une guerre sans précédent dans la région la plus militarisée du monde, a déclaré jeudi Oleg Bourmistrov, ambassadeur itinérant du ministère russe des Affaires étrangères.

«Il y a une option militaire aux États-Unis. Ce n’est pas un document, mais tout le monde a plusieurs fois entendu des officiels américains dire qu’il existait une option militaire qui n’était pas prioritaire […]. Il est clair que la réalisation d’un plan militaire ne réglera pas les questions de la péninsule de Corée, mais provoquera une grande catastrophe militaire sans précédent», a indiqué M.Bourmistrov.

Le diplomate a rappelé que l’Asie du Nord-Est est surtout la péninsule coréenne était «la région la plus militarisée du monde» qu’il a, par ailleurs, qualifiée de «poudrière».

«Cela pourrait provoquer un conflit militaire important qui a potentiellement une composante nucléaire», a-t-il ajouté.

Qui plus est, la situation tendue autour de la Corée du Nord risque de dégénérer en conflit militaire «accidentellement», a estimé le diplomate russe.

«Une suite d’incidents fortuits peut déclencher une réaction en chaîne des conflits militaires», d’après lui.

Le diplomate a déclaré que la feuille de route russo-chinoise sur la Corée du Nord, qui a été proposée aux membres des pourparlers à six, était le seul plan de règlement de la situation dans la région.

«Il n’existe pas d’autres solutions – ni réalistes, ni optimales», a-t-il noté.

Ces dernières années, la Corée du Nord développe des missiles balistiques intercontinentaux et des ogives nucléaires, expliquant ses activités par une menace émanant des États-Unis. Le plus récent tir d’essai du missile nord-coréen Hwasong-15, qui aurait une portée de 13.000 kilomètres, s’est déroulé le 29 novembre dernier. Pyongyang a annoncé qu’il était désormais capable de porter des frappes nucléaires sur l’ensemble du territoire des États-Unis.

Source:

mercredi 27 décembre 2017

Aucune exportation de produits pétroliers chinois vers Pyongyang en novembre

* Et pourtant... Les satellites américains ont repéré 30 fois en trois mois les pétroliers de Pékin transférant du carburant aux navires nord-coréens en dépit de l'embargo commercial de l'ONU

La Chine n'a exporté aucun produit pétrolier vers la Corée du Nord au cours du mois de novembre, allant au-delà des sanctions imposées par les Nations unies, selon des statistiques des douanes chinoises publiées mardi.

Dans le même temps, les importations chinoises de minerai de fer, de charbon et de plomb extraits en Corée du Nord ont également été nulles, d'après les données de l'Administration générale des douanes.

Novembre était le deuxième mois consécutif de l'application de sanctions imposées en août dernier par le Conseil de sécurité des Nations unies à la suite de deux tirs expérimentaux de missiles balistiques nord-coréens.

Une nouvelle résolution renforçant les sanctions économiques et commerciales a été adoptée vendredi à l'unanimité pour sanctionner le test d'un missile balistique intercontinental (ICM) auquel le régime de Pyongyang a procédé fin novembre. 

La Chine est le principal fournisseur de carburant de la République populaire démocratique de Corée.

Les exportations chinoises de céréales ont également chuté en novembre à 100 tonnes, en recul de 82 % par rapport à novembre 2016 et au plus bas depuis le début de l'année. La tendance est similaire pour les exportations de riz, au plus bas depuis mars et en recul de 64 % sur un an, à 672 tonnes.

À l'inverse, les exportations chinoises de gaz de pétrole liquéfié, qui sert fréquemment pour la cuisine, ont progressé de 58 % à 99 tonnes. Les livraisons d'éthanol, qui peut servir de biocarburant, ont bondi de 82 % à 3428 mètres cubes.

Au total, les échanges commerciaux de la Chine avec la Corée du Nord ont atteint le mois dernier 388 millions de dollars.

Source:

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés