Suivez ce blog via Facebook

vendredi 25 août 2017

De plus en plus d’Américains blancs d’âge moyen meurent “par désespoir”. En cause, divers facteurs socio-économiques qui rendent leurs vies de plus en plus difficiles

* Augmentation effrénée des prescriptions d'opiacés (dérivés du marché mondial de l'Opium), d'antidépresseurs, d'anxiolytiques, de psychostimulants pour les enfants (Ritalin et Cie.), consommation excessive de drogues de synthèse, de cocaïne et d'alcool, un taux de suicide parmi les plus élevés au monde... Vive l'Amérique?

Des chercheurs ont constaté que plus d'un tiers des adultes américains ont reçu une prescription d'opioïdes en 2015 et beaucoup ont abusé des médicaments:

Le taux de mortalité est en baisse partout dans le monde mais pour les Américain blancs, entre 45 et 54, il ne cesse d’augmenter. Le diabète, les maladies cardiaques et le cancer n'y sont pour rien. On parle plutôt de "morts de désespoir », par suicide, alcoolisme ou abus de drogues.

D’où provient ce désespoir ?

Ce désespoir est né chez ces personnes, notamment après la perte de postes bien rémunérés dans l'industrie et le bâtiment. La hausse de l’addiction aux opioïdes, drogue synthétique dérivé de l’opium, y est aussi pour quelques chose.

 « Il y a assez d'anti-douleurs opioïdes prescrits tous les ans aux Etat-Unis pour permettre à chaque Américain de vivre sous l'influence d'opioïde un mois par an », explique Angus Deaton, lauréat du prix Nobel 2015 d’économie.

De même, les failles dans le système de retraite américain ont une grande importance à jouer dans ces morts de « désespoir ».

« Les gens qui avaient de bon jobs dans le secteur industriel, qui bénéficiaient de formations, ces gens avaient l'espoir d'une belle vie pour eux et leurs enfants. Et tout s'est évaporé », insiste Deaton.

Source:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés