Suivez ce blog via Facebook

vendredi 29 septembre 2017

D'étranges tours se hissent à New York, sur les tunnels et ponts, au coût de 100 millions de dollars, et elles sont, dit le président de la division des ponts et des tunnels de la MTA , de l'art déco. Mais une enquête de Politico nous démontre que c'est de l'art déco signé "Big Brother"!

La ville de San Jose (côte ouest américaine) commencera des pourparlers avec une société de technologie pour installer des appareils qui pourraient inclure des caméras de surveillance sur certains lampadaires de la ville et ce, malgré les préoccupations de certains fonctionnaires et groupes de protection de la vie privée

Des lumières de rue utilisées pour faire de la surveillance civile: George Orwell n'y avait même pas pensé!


L'American Civil Liberties du Michigan expose l'utilisation de caméras de surveillance de la police dans les quartiers résidentiels

Le Département de Police de New York (NYPD) annonce son système "qui voit tout"



Même les membres du conseil d'administration du MTA (Metropolitan Transportation Authority) en charge des tours ne peuvent pas dire pour quelles raisons elles sont utilisées ou ce qu'elles contiennent, a rapporté Dave Carlin de CBS2.

"Nous ne savons pas vraiment quel est le but de tout cela", a présicé Carlin.

C'est un projet de 100 millions de dollars, de la MTA, qui est entouré de secret. 

L'homme de la MTA chargé des ponts et des tunnels, Cedrick Fulton, a esquivé les questions de Carlin mercredi.

"J'ai dit aucun commentaire", a-t-il dit.

Quelques membres du conseil d'administration de la MTA, y compris le commissaire Polly Trottenberg de la New York City Transportation, disent qu'ils connaissent trop peu l'objectif de ces tours et ce, même si la moitié de l'argent est déjà dépensé et les tours déjà en place.

Les résidents soupçonnent qu'il y a beaucoup plus dans les tours et se demandent ce qui s'y passe vraiment de l'intérieur.

"Je devine que ce n'est pas seulement une décoration", a dit Alyssa Renkas, du Upper West Side.

"C'est un peu étonnant que la MTA approuve 100 millions de dollars pour ce qui nous semble être de grands pylônes décoratifs", a déclaré John Kaehny, le chef du groupe de surveillance Reinvent Albany. "Ce que nous demandons, c'est la transparence du MTA".

CBS2 a demandé des réponses du président de la MTA, Joe Lhota.

Carlin: "Certains membres de votre conseil d'administration disent qu'ils ne connaissent pas les détails."

Lhota: "La base de ces nouvelles pièces qui sont érigées inclut toutes les fibres optiques nécessaires à des articles de sécurité intérieure".

En d'autres termes, la technologie antiterroriste. Cela pourrait-il inclure la reconnaissance faciale? Nous ne le savons pas et Lhota ne nous le dira pas.

"Je ne suis pas libre de discuter de ça", a-t-il déclaré à Carlin.

Lhota a déclaré que toute la technologie nécessaire à la sécurité intérieure demeure en place à tous les points de passage, même pour ceux qui n'ont pas encore les nouvelles tours.

L'enquête de Politico

À l'origine, la MTA a déclaré aux membres du conseil d'administration que les tours étaient de nature «architecturale» et que leur but était de «créer un thème unifiant pour les différents ponts et tunnels».

Le groupe Reinvent Albany, dont la mission est d'assurer la transparence du gouvernement de New York, a envoyé une lettre au Bureau du budget du Congrès américain pour demander une enquête sur le programme d'installation des tours. 

Politico, un média politique basé à Washington, a commencé à poser des questions à la MTA pour obtenir des réponses plus précises.

"Elles [les tours] hébergent des caméras, des dispositifs de surveillance de la circulation et d'autres équipements liés à la sécurité intérieure qui étaient autrefois hébergés par les anciennes structures de péage, a déclaré le porte-parole de la MTA, Shams Tarek.

Interrogé sur le fait que les membres du conseil d'administration n'avaient pas été mis au courant de la réelle utilité de ces tours, il a répondu que les membres n'avaient pas reçu tous les éléments du projet parce que la sécurité n'est pas discutée en détail".

Le coût de l'ensemble du programme était un mystère jusqu'à lundi, alors qu'un commissaire de la ville de New York et un membre du conseil d'administration de la MTA ont pressé Fulton, président de la division des ponts et des tunnels de la MTA, sur la question.

Sources:

La Chine ordonne la fermeture des entreprises nord-coréennes

* La Chine avance prudemment, ou elle "joue le jeu" qu'on attend d'elle, mais cette nouvelle sanction ne risque pas de faire "plier les genoux" de Pyongyang, bien au contraire je crois!

Les relations en dents-de-scie qu'entretiennent les États-Unis avec la Chine depuis l'élection de Donald Trump semblent traverser une nouvelle phase de réchauffement: Washington applaudit désormais l'attitude de Pékin à l'égard de la Corée du Nord après avoir longtemps critiqué son manque de fermeté.

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson s'est envolé jeudi pour Pékin, où il rencontrera ce week-end le président Xi Jinping ainsi que le conseiller d'État Yang Jiechi, plus haut diplomate du pays, et le ministre des Affaires étrangères Wang Yi. Objectif: préparer la première visite du président américain, prévue en novembre dans le cadre d'une tournée asiatique.

«Mais certainement la Corée du Nord sera l'un des sujets sur la table», a dit peu avant son départ le chef de la diplomatie américaine en donnant le coup d'envoi à Washington du «dialogue social et culturel entre les États-Unis et la Chine» en compagnie de la vice-Première ministre chinoise Liu Yandong.

Les liens entre les deux grandes puissances ont rebondi ces derniers mois au rythme des essais balistiques et nucléaires de Pyongyang. Le candidat puis président Trump a tour à tour blâmé la Chine ou bien loué son homologue chinois Xi Jinping, «grand dirigeant» reçu en «ami» en avril à Mar-a-Lago en Floride.

Mi-août encore, le président américain s'en prenait publiquement au principal partenaire économique de la Corée du Nord, estimant qu'il pouvait «faire beaucoup plus» pour convaincre le régime de Kim Jong-Un de renoncer à la bombe atomique, et Washington usait de son levier commercial en annonçant une enquête visant Pékin sur le dossier de la propriété intellectuelle.

Depuis, le ton a de nouveau changé.

«J'applaudis la Chine pour avoir rompu tout lien bancaire avec la Corée du Nord», a dit mardi Donald Trump, une semaine après avoir salué cette mesure «très courageuse» et «inattendue», en référence au fait que les grandes banques du pays refusent désormais les clients nord-coréens.

Entretemps, les autorités chinoises ont donné leur aval à l'ONU à des sanctions de plus en plus sévères contre Pyongyang. Le succès de cette stratégie de «pression maximale» dépend de l'application des sanctions par la Chine, et Washington assure depuis peu que, sur ce front, les choses bougent. 

«Des pas énormes»

«Il y a des choses qui se passent en coulisse», «qui nous donnent des raisons d'être optimistes», disait début septembre le département d'État, qui a finalement salué mercredi «des pas énormes dans la bonne direction». Jeudi, la responsable de la diplomatie américaine pour l'Asie de l'Est, Susan Thornton, a reconnu devant une commission du Sénat que Pékin avait «récemment pris de nouvelles mesures» dans le bon sens.

Pour mettre en musique les résolutions de l'ONU, le ministère chinois du Commerce vient en effet d'annoncer que les entreprises nord-coréennes établies en Chine devront fermer d'ici janvier. Et samedi, le géant asiatique, fournisseur de la quasi-totalité du brut consommé par la Corée du Nord, avait confirmé qu'il limiterait drastiquement ses exportations de produits pétroliers raffinés.

«Cette fois, il semble que la Chine ait vraiment changé de position contre la Corée du Nord», estime Jeffrey Bader du groupe de réflexion Brookings Institution.

Selon ce chercheur, Pékin réagit ainsi face au risque de voir le Japon et la Corée du Sud renforcer à la fois leur alliance militaire avec les États-Unis mais aussi leurs propres capacités de défense. Mais aussi, écrit-il dans un article, en réponse à ce que les Chinois perçoivent comme de «l'effronterie pure et simple de Pyonyang», qui a réalisé son essai nucléaire le plus puissant à ce jour «le jour-même où Xi Jinping recevait un important sommet» des puissances émergentes.

L'épée de Damoclès de possibles sanctions américaines contre les banques chinoises pourrait aussi avoir joué un rôle. Donald Trump a pris la semaine dernière un décret ouvrant la voie à de telles mesures, dont la philosophie a ainsi été résumée par Washington: commercer avec nous ou Pyongyang, il faut choisir.


«L'administration Trump a le mérite d'avoir aidé à orchestrer ce changement en Chine, même si les raisons sont largement régionales et internes», résume Jeffrey Bader, espérant que de nouvelles déclarations tonitruantes du président américain ne viennent pas saper ces avancées. Pékin continue en effet de plaider pour une issue diplomatique à la crise et voit d'un très mauvais oeil les menaces militaires, comme celles d'abattre «le feu et la colère» sur Pyongyang ou de «détruire totalement» la Corée du Nord.

Source:

Les populations de poissons sont dramatiquement en déclin et ce, à travers les océans du monde

* Les études en question dans cet article ne nous orientent pas vers des phénomènes océaniques-géologiques pour expliquer ces mortalités accrues de populations de poissons. Bien sûr, la pollution n'aide en rien la faune marine, pas plus que la pêche industrielle, mais je reste persuadée que les mortalités de masse de poissons (et de multiples autres espèces) qui se succèdent depuis plusieurs années pourraient être le résultat d'activités provenant du plancher océanique (volcans sous-marins, failles d'où s'échappent des gaz mortels, etc.).

Mortalités de masse 2011-2017:
http://www.end-times-prophecy.org/animal-deaths-birds-fish-end-times.html

Selon des études sur les pêches dans les mers qui entourent l'Europe et les États-Unis, menées par des chercheurs de l'Université de Washington, les populations de poissons plus âgés ont baissé de 72% en moyenne. Pour certaines espèces, y compris la morue de l'Atlantique, la morue du Pacifique, le merlu du Pacifique et le vivaneau rouge, la population de poissons plus âgés a chuté de plus de 95 pour cent. Ils ont constaté que les vieux poissons ont complètement disparus à l'intérieur de nombreuses populations à travers la planète.

Les chercheurs ont fait ces constats inquiétants après avoir examiné 63 pêcheries avec des dossiers qui s'étendaient sur 140 ans. Les chercheurs ont utilisé des techniques différentes pour déterminer l'âge des poissons. L'une des méthodes parmi les plus populaires consiste à examiner les pierres dans les oreilles du poisson connues sous le nom d'otolithes, qui grossissent tous les ans de façon similaire à celle d'un tronc d'arbre. Ce qui constitue un "vieux poisson" dépend de l'espèce. La plupart des harengs ne vivent pas jusqu'à leur dixième anniversaire, mais certains poissons de fond peuvent vivre jusqu'à 200 ans. Leurs résultats ont été publiés dans la revue scientifique Current Biology.

Les plus vieux poissons sont les meilleurs géniteurs

En outre, les poissons plus âgés sont bien meilleurs pour s'adapter aux nombreux changements environnementaux auxquels les poissons modernes sont soumis comparativement à leurs homologues plus jeunes. Les plus anciens poissons frayent généralement à des endroits et à des temps différents, ce qui minimise l'impact que les changements à court terme de l'environnement peuvent avoir sur leur population.

Les experts suggèrent que la pêche soit arrêtée dans certaines zones pour donner aux populations le temps de se remettre. Les pêches devraient envisager d'instaurer des limites de créneaux qui réglementent des tailles maximales et minimales. Un autre outil utile est la réserve marine. On a constaté que les poissons de ces réserves vivaient plus longtemps et créaient plus de populations génétiquement diverses, protégeant ainsi leurs espèces.

Si les poissons ne vivent pas assez longtemps pour se reproduire de façon régulière, toute la chaîne alimentaire pourrait s'effondrer. Les animaux qui mangent du poisson étant les premiers à succomber. Près d'un cinquième de la consommation de protéines animales de la planète est le poisson. Ceux dans les pays les plus pauvres qui ne peuvent pas se permettre des sources de protéines comme le poulet ou la viande dépendent du poisson pour se nourrir, et si de plus en plus de poissons disparaissent, la pauvreté, la malnutrition et la famine vont augmenter considérablement. La vie marine contribue également à réguler l'océan en filtrant les toxines et en gardant la pollution et les proliférations d'algues sous un certain degré.

Selon le chercheur marin Boris Worm, la disparition complète des poissons de nos océans, ce qui pourrait arriver dès 2048, signiferait la fin de la vie telle que nous la connaissons. C'est pourquoi le Dr Worm et son équipe de chercheurs de l'Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse disent qu'il est temps d'arrêter de polluer l'océan et de commencer à insister sur la gestion durable des pêches et la création de réserves océaniques.

Sources:
https://www.newscientist.com/article/2147585-there-are-hardly-any-old-fish-left-in-the-ocean-and-thats-bad/
https://www.sciencedaily.com/releases/2017/09/170914152343.htm

Au Japon, de l'eau contaminée par des éléments radioactifs pourrait s'être écoulée de la centrale nucléaire de Fukushima, depuis le mois d'avril

http://www.cnewsmatin.fr/monde/2017-09-29/de-leau-radioactive-se-serait-ecoulee-de-fukushima-depuis-des-mois-765914

Bali : l'éruption redoutée du volcan Agung provoque de nouvelles évacuations


L'éruption du volcan Agung, à Bali, est imminente, indique un volcanologue alors que presque 150 000 personnes ont déjà été évacuées.

La fumée blanche qui s'échappe d'un volcan à Bali s'est épaissie ces derniers jours, faisant craindre une possible éruption, a indiqué vendredi un volcanologue, alors que le nombre d'habitants évacués sur l'île la plus touristique d'Indonésie dépasse 144.000.

Le mont Agung, à un peu plus de 3.000 mètres d'altitude et situé à environ 75 kilomètres des principales destinations touristiques de Kuta et Seminyak, gronde depuis le mois d'août et pourrait entrer en éruption pour la première fois depuis 1963.

L'activité sismique restait élevée vendredi, avec 165 secousses telluriques enregistrées entre minuit et midi, a indiqué l'Observatoire indonésien de volcanologie et des risques géologiques.

De nouveaux dégagements de fumée blanche au sommet du cratère ont été détectés par les systèmes de surveillance par satellite. Des nuages contenant des vapeurs d'acide sulfurique ont été observés à une altitude allant de 50 à 200 mètres du sommet, selon la même source.

"Pour le moment, la probabilité d'une éruption est plus élevée que l'inverse", a déclaré Kasbani, directeur de l'observatoire, qui n'a qu'un patronyme. Les vapeurs d'acide sulfurique qui s'échappent du cratère depuis trois jours - plus épaisses qu'au début du mois - montrent que la situation évolue, a déclaré un autre volcanologue, Gede Suadikan.

"Ce matin (vendredi), la vapeur sortait du cratère comme de la fumée d'une cheminée d'usine", rendant la possibilité d'une éruption "plus réelle", a-t-il ajouté.  Cependant, "la situation peut changer à tout moment", selon l'observatoire.

Il faut rester à plus de neuf kilomètres du cratère du volcan

Le nombre d'habitants évacués ces derniers jours continue d'augmenter. Il est passé de 122.490 jeudi à 144.389 vendredi, selon des responsables locaux. Les autorités recommandent de rester à plus de neuf kilomètres du cratère du volcan, loin des zones touristiques.

Environ 62.000 personnes vivaient dans la zone de danger avant les évacuations du district de Karangasem, le plus proche du volcan, selon l'agence nationale de gestion des catastrophes naturelles, mais des habitants établis à l'extérieur ont aussi quitté leur domicile par crainte d'une éruption.

Les déplacés sont accueillis dans près de 500 centres d'hébergement dans neuf districts et certains ont traversé le détroit de Lombok pour être accueillis sur l'île voisine du même nom.

L'aéroport international de Denpasar, la capitale de Bali, qui accueille chaque année des millions de touristes à la recherche de plages paradisiaques, n'est pas affecté pour le moment. Mais les autorités aéroportuaires surveillent de près la situation et anticipent l'éventualité d'une fermeture.

Les autorités indonésiennes prévoient de dérouter les avions à destination de Bali vers dix autres aéroports, notamment celui de Lombok mais aussi vers la capitale Jakarta, sur l'île de Java.

En novembre 2015, l'aéroport de Bali avait été fermé temporairement en raison de l'éruption d'un volcan à Lombok, le mont Rinjani, qui avait craché des nuages de cendres dangereux pour le trafic aérien.

La dernière éruption du mont Agung remonte à 1963. Le volcan avait craché des cendres jusqu'à Jakarta, à environ 1.000 km. Plusieurs éruptions avaient alors fait près de 1.600 morts au total.

L'Indonésie est un archipel d'Asie du Sud-Est situé sur la "ceinture de feu" du Pacifique, où la collision de plaques tectoniques provoque de fréquents séismes et une importante activité volcanique.

Source:
http://www.parismatch.com/Actu/International/Bali-l-eruption-redoutee-du-volcan-Agung-provoque-de-nouvelles-evacuations-1358882

jeudi 28 septembre 2017

Chaos mondial dans les aéroports à cause d'un système de check-in

* La Terre a été sous l'influence d'une tempête solaire de force G3 (modéré) au cours des dernières heures, un rapport avec cette panne?

Des problèmes dans le système d'enregistrement des passagers utilisé par plusieurs compagnies aériennes crée actuellement le chaos dans de nombreux aéroports à travers le monde, rapportent jeudi différents médias britanniques et américains.

On dénombre aussi des files à l'aéroport de Bruxelles que nous avons contacté. Les machines d'enregistrement automatiques de Brussels Airlines ne fonctionnent pas et les passagers doivent s'enregistrer "manuellement" aux guichets.

La compagnie belge conseille aux personnes, sans bagage, de s'enregistrer directement via leur smartphone ou un ordinateur depuis leur domicile.

Des difficultés sont aussi signalées à Londres, Paris, Singapour, Johannesburg, Zurich, Melbourne et Washington DC. Les problèmes dans les différents aéroports de la planète auraient débuté vers 11h30. Le logiciel Amadeus Alta, utilisé par environ 125 compagnies aériennes pour l'enregistrement des passagers, serait tombé en panne, selon The Telegraph. Air France-KLM, Lufthansa, British Airways, Qantas, Vueling et des entreprises américaines auraient notamment signalé des soucis.

Sources:
http://www.lalibre.be/actu/international/chaos-mondial-dans-les-aeroports-a-cause-d-un-systeme-de-check-in-des-files-a-l-aeroport-de-bruxelles-59cce811cd70461d2652d976
http://www.foxnews.com/travel/2017/09/28/airport-computer-check-in-systems-crash-around-world-causing-passenger-delays.print.html

La crise nord-coréenne est une tentative de "faux drapeau" pour déclencher la guerre avec la Chine et traîner le monde vers une troisième Guerre mondiale, selon l'analyste géopolitique Patrick Henningsen qui s'est confié à Russia Today

* Envoyez en traduction puisqu'elle permet une lecture et une compréhension suffisantes du texte. Excellent article, à lire absolument. Je crois que cette analyse fait beaucoup de sens, mais ce n'est absolument pas réconfortant!

Corée du Nord: Les sous-marins français en alerte

* Cette nouvelle est publiée par Le Télégramme, un quotidien régional français de Bretagne, dont le tirage quotidien est en moyenne de 220 000 exemplaires. Par définition, la "force de dissuasion française" se tient toujours en état d'alerte, mais il semble que ce niveau n'a jamais été aussi élevé depuis la Guerre Froide.

Les équipages brestois des sous-marins de la force de dissuasion nucléaire (Île Longue) sont aux premières loges face aux vives tensions générées par la Corée du Nord et les États-Unis. Tapis dans l'ombre et le silence du cercle polaire, les SNLE français font également peser leur menace atomique.

Si les marins français ne sont pas sur le devant de la scène, ils suivent de très près l'escalade politico-militaire qui anime depuis plusieurs mois cette partie de l'Asie. La force de dissuasion française maintient un niveau d'alerte jamais égalée depuis les plus vives tensions de la Guerre froide. Les patrouilles s'effectuent dans un niveau de vigilance maximum, sur fond de risque de dérapage militaire de plus en plus prégnant.

Les missiles nucléaires nord-coréens peuvent-ils frapper le sol européen ? Le doute est permis. « Si ce n'est pas encore le cas aujourd'hui, ils pourraient très bien atteindre l'Europe dans les prochaines années », estime Vincent Groizeleau, rédacteur en chef du site Mer et Marine. « La menace nord-coréenne est évidemment à prendre au sérieux. » Cela fait plusieurs années que les sous-marins français de la force de dissuasion font peser la menace du feu nucléaire sur la Corée du Nord. Sans oublier l'Iran, l'autre point noir du nucléaire militaire.

1.000 fois Hiroshima

Quelles incidences pour les sous-mariniers français qui assurent la continuité de la dissuasion nucléaire ? Silence radio de l'autorité qui rappelle la permanence de la mission et son haut degré de réactivité, quel que soit le contexte géopolitique. Le sous-marin en patrouille se tient prêt, 24 h sur 24, à pointer ses 16 missiles nucléaires embarqués. Il n'est pas rare qu'à l'heure de la relève, deux sous-marins lanceurs d'engins (SNLE) français soient en mesure d'assurer simultanément la mission.

La puissance de frappe d'un des quatre SNLE français avoisine 1.000 fois la puissance délivrée sur Hiroshima en 1945. Chacun des seize missiles embarqués peut contenir jusqu'à six têtes nucléaires (parfois une seule) de 150 kilotonnes chacune (15 kilotonnes pour celle d'Hiroshima), c'est dire l'arsenal qui pèse sur les Coréens du Nord si l'on cumule la présence des sous-marins anglais, russes, chinois, français et américains actuellement concentrés vers cette zone de tensions extrêmes.

Trafic autour du cercle polaire

Il y a d'ailleurs fort à parier que de nombreux sous-marins lanceurs d'engins sont actuellement positionnés autour du cercle polaire, dans la région de la mer Blanche.

Le trafic serait intense dans ces eaux froides du cercle polaire avec, aux côtés des sous-marins lanceurs d'engins, une flopée de sous-marins d'attaque laissant traîner leurs oreilles d'or. Stress supplémentaire pour les équipages qui progressent à l'aveugle dans ces profondeurs stratégiques fréquentées...

De cet endroit qui présente l'intérêt de rendre plus difficile la détection en eaux froides, aucune cible située dans l'Hémisphère nord ne peut échapper aux missiles de très longue portée.

Les portées augmentent

Pour la France, le dernier modèle de missile (M51) peut atteindre une cible jusqu'à 9.000 km de distance, en propulsant six têtes nucléaires permettant d'atteindre six endroits différents. La portée de ces missiles de sixième génération a augmenté par rapport aux 6.000 km de la version précédente et aux 4.500 du M4. La portée a été doublée en un peu plus de vingt ans. Un chemin qu'emprunte aujourd'hui la Corée du Nord.

Source:

De vrais poissons sont tombés du ciel pendant une averse dans le nord-est du Mexique. Les scientifiques ignorent les raisons de ces étranges précipitations


Une pluie inhabituelle a eu lieu à Tampico dans le nord-est du Mexique: des petits poissons sont tombés du ciel quand il pleuvait, annonce la Protection civile de l'Etat de Tamaulipas.

«Lors d'une petite averse, des petits poissons sont littéralement tombés du ciel», a commenté sur Facebook la Protection civile de Tamaulipas.

Source:

mercredi 27 septembre 2017

Liste des mortalités de masse d'animaux en 2017

* Ce site est, à ma connaissance, le seul qui répertorie de façon quotidienne tous les événements de mortalités de masse d'animaux qui sont publiés dans les médias du monde. Vous pouvez remonter jusqu'à l'année 2011 en bas de page. Impressionnant et inquiétant.



Dernier rappel: Conférence de Carlos Ramirez le 30 septembre prochain à Montréal: "L'erreur climatique"

* Évidemment, j'y serai!


Nous constatons que le climat se dérègle, mais prenons-nous en compte tous les facteurs qui contribuent à l'augmentation et à l'amplification des bouleversements climatiques? À quoi nous attendre pour l'avenir? 

Carlos Ramirez vous proposera des éléments de réponse issus des plus récentes publications scientifiques. Il exposera ses propres constats et émettra ses hypothèses concernant l'actuel dérèglement climatique.

Samedi 30 septembre 2017
Centre St-Pierre (salle 200)
1212, rue Panet 
Montréal
19h30 à 22h30
Période de questions

10$ par personne

120 places
À deux pas du métro Beaudry
Stationnement disponible au Centre St-Pierre (6$)

mardi 26 septembre 2017

Barbara Starr, journaliste au Pentagone pour le réseau CNN, a publié un Tweet cet après-midi qui se lit comme suit: "Les fonctionnaires de la Défense m'ont dit que la DPRK a déplacé un petit nombre de Migs, des réservoirs externes de carburant et des missiles air-air à l'est. La préparation a augmentée."

https://twitter.com/barbarastarrcnn/status/912797221145464832

Un 6.1 au Japon au cours des dernières minutes

* La "ceinture de feu" s'embrase...

http://quakes.globalincidentmap.com/

Le vice-premier ministre du Japon a soulevé la possibilité de tirer sur des réfugiés nord-coréens qui tentent d'entrer dans le pays si la guerre éclate

Le vice-premier ministre du Japon a soulevé la possibilité d'abattre des réfugiés nord-coréens qui tentent d'entrer dans leur pays en cas de guerre. 

Taro Aso, qui sert également de ministre des finances, a fait les remarques lors de la discussion sur des réponses japonaises à la guerre lors d'une conférence de presse à Utsunomiya, au nord de Tokyo.  

Il a demandé: «La police va-t-elle répondre et les arrêter pour des raisons d'immigration clandestine? Si les Forces d'autodéfense sont envoyées, les abattront-ils? 

Élevant des craintes selon lesquelles quelque 100 000 réfugiés nord-coréens, certains avec des armes à feu, essayeraient d'entrer au Japon, le fonctionnaire a ajouté: «C'est un travail de politicien de penser à une réponse d'urgence. Ce n'est peut-être pas un événement qui se situe dans un avenir lointain. 

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a critiqué les commentaires de vendredi. 

Il a déclaré dans un communiqué: «Le gouvernement pense qu'il est très regrettable qu'un responsable gouvernemental responsable du Japon ait récemment fait une telle remarque préjudiciable à l'égard des réfugiés nord-coréens dans une situation hypothétique qui repose sur une perspective nationaliste, sur des normes internationales relatives à la protection des réfugiés. 

Le ministère a également appelé à la retenue à l'égard de remarques qui pourraient causer des malentendus ou avoir un impact négatif sur la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne. 

Il s'agit de revendications selon lesquelles quelque 20 000 Sud-Coréens mourraient tous les jours dans le cas d'une  guerre entre les États-Unis et la Corée du Nord .

Source:
http://www.dailymail.co.uk/news/article-4921972/Japanese-official-proposes-shooting-refugees.html

Prête à l'attaque: La Corée du Nord déplace ses avions de guerre dans la ligne de vol des bombardiers américains après avoir averti Trump qu'elle va abattre tout avion américain qui est aperçu dans son espace aérien

* La moindre "fausse manœuvre" ou moindre "provocation audacieuse", d'un côté comme de l'autre, pourrait signifier un embrasement généralisé. La planète est assis sur des charbons ardents...

La Corée du Nord a déplacé des avions de combat sur la côte pour intercepter les bombardiers américains après avoir accusé Donald Trump de "déclarer la guerre".

Le ministre des Affaires étrangères de la dictature a affirmé hier que Pyongyang pourrait cibler des avions américains volant hors de l'espace aérien nord-coréen après que le président Donald Trump ait menacé de «détruire totalement» la Corée du Nord.

Le Service national de renseignement de la Corée du Sud a déclaré que si Pyongyang ne semble pas avoir capté la présence des avions de guerre américains B-1B Lancer pendant le week-end, il a renforcé ses défenses côtières.

Lee Cheol-Woo, le chef du comité de renseignement de l'Assemblée nationale, a déclaré: "La Corée du Nord a déménagé ses avions de guerre et renforcé les défenses le long de la côte est".

Pendant ce temps, la Maison Blanche a fustigé les affirmations «absurdes» de la Corée du Nord selon lesquelles les États-Unis «ont déclaré la guerre» à la nation de Kim Jong-un.

La porte-parole américaine Sarah Huckabee Sanders a déclaré: "Nous n'avons pas déclaré la guerre à la Corée du Nord et, franchement, la suggestion est absurde".

Parlant à l'extérieur de son hôtel de New York hier, Ri Yong-ho, de Corée du Nord, a déclaré: "Trump a affirmé que notre leadership ne serait plus très long. Il a déclaré une guerre à notre pays.

"Tous les États membres et le monde entier devraient se souvenir clairement que les États-Unis ont déclaré la guerre à notre pays".

Il a ajouté: "Depuis que les États-Unis ont déclaré la guerre à notre pays, nous aurons le droit de prendre des contre-mesures, y compris le droit de démolir les bombardiers stratégiques américains même s'ils ne sont pas encore dans la frontière de l'espace aérien du pays".

Ri s'est référé au tweet récent de Trump qui a déclaré: "Je viens juste d'entendre le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord parler à l'ONU S'il fait écho aux pensées du "Little Rocket Man", elles n'y seront plus pour longtemps".

Le diplomate nord-coréen a répondu: "La question à savoir qui sera là le plus longtemps sera finalement répondue."

Dans son premier discours à l'Assemblée générale, Trump a menacé la semaine dernière de «détruire totalement» la Corée du Nord si elle conteste l'Amérique ou ses alliés et a ridiculisé le leader Kim Jong-un en tant que «Little Rocket Man» qui était «sur une mission de suicide».

Dans son bref discours aux journalistes avant de se diriger vers l'aéroport, Ri a déclaré que la communauté internationale avait espéré que la «guerre de mots entre la RPDC et les États-Unis ne se transforme pas en actions réelles».

Le sujet de la crise nucléaire nord-coréenne a dominé le rassemblement de leaders mondiaux cette année à l'ONU, au centre de craintes que la rhétorique bouillante puisse déclencher accidentellement une guerre.

La Corée du Nord, ces dernières semaines, a explosé sa sixième bombe nucléaire et a testé des missiles intercontinentaux - disant qu'elle doit se défendre contre l'hostilité des États-Unis et de ses alliés.

Lors de son discours à l'Assemblée générale samedi, Ri a lancé une attaque personnelle contre Trump, l'appelant comme «une personne mentalement dérangée pleine de mégalomanie».

Quelques heures avant que Ri ne prenne le podium de l'ONU, des bombardiers américains ont survolé la côte est de la Corée du Nord, la partie nord la plus éloignée de la zone démilitarisée que tout avion américain a survolé au cours de ce siècle.

Le Pentagone a déclaré que la mission était une «démonstration de la résolution des États-Unis et un message clair selon lequel le président avait de nombreuses options militaires pour vaincre toute menace».

La menace de Trump pour détruire la Corée du Nord a rendu «la visite de nos roquettes dans l'ensemble du continent américain encore plus inévitable», a déclaré Ri samedi.

Source:

Propagande nord-coréenne, en réaction à la propagande de guerre américaine, en date du 25 septembre 2017

* L'option de discuter avec la Corée du Nord pour la dénucléarisation du Pacifique ne semble pas prometteuse...

Une extrême crise de guerre a été créée sur la péninsule coréenne et des nuages ​​sombres de guerre nucléaire pendent au-dessus des têtes des compatriotes en raison des traîtres [Corée du Sud] qui insultent l'épée nucléaire précieuse de leurs compatriotes en tant que «menace» et qui louangent le bâton nucléaire des gangsters de l'impérialisme américain comme un «parapluie nucléaire».

Ils devraient garder à l'esprit qu'ils ne pourront jamais éviter leur misérable fin avec leurs maîtres s'ils persistent dans les sanctions et la pression contre la RPDC à l'aide des forces étrangères.

Ils [les "agresseurs américains"] devraient comprendre clairement que le pouvoir de l'armée et des personnes qui ont formé une citadelle autour de leur chef s'est révélé être "un" et que personne ne peut rompre la décision et la volonté de la RPDC d'exercer pleinement le droit à une attaque préventive pour défendre la dignité et la souveraineté du siège suprême.

Combien est vaste et étendue la terre américaine, elle ne pourra jamais échapper au sort d'être brûlée par le feu de la justice de la RPDC.

C'est avec une haute détermination et volonté que la RPDC va anéantir les impérialistes américains, le chef de l'agression, jusqu'au dernier homme sur cette planète.

Source:

Si la Corée du Nord continue ses provocations, le Pentagone pourvoira Trump «d’options»

Après avoir pris connaissance des déclarations du ministre nord-coréen des Affaires étrangères selon qui Pyongyang se réserve le droit d'abattre les bombardiers stratégiques américains, la Défense américaine s'est dite prête à présenter à Donald Trump les options de réponses aux provocations éventuelles de la Corée du Nord.

Le Pentagone a déclaré lundi qu'il soumettrait au Président américain Donald Trump des options pour faire face à Pyongyang, s'il poursuit ses provocations. Cette déclaration a été faite après que le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-hoe a menacé les États-Unis d'abattre leurs bombardiers stratégiques même s'ils n'enfreignaient pas l'espace aérien de la Corée du Nord.

«Si la Corée du Nord n'arrête pas ses actions provocatrices, nous proposerons des options au Président pour traiter avec la Corée du Nord», a souligné le porte-parole du Pentagone, Robert Manning.

La porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Sanders, a pour sa part indiqué que les États-Unis se concentrent sur la dénucléarisation pacifique de la péninsule coréenne.

«Nous cherchons une dénucléarisation pacifique, nous nous concentrons sur cela. Dans le même temps, nous exercerons une pression économique et diplomatique maximale», a-t-elle précisé.

À la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a qualifié samedi d'insultes les propos tenus par le Président américain Donald Trump au sujet du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, avant de proférer de nouvelles menaces à l'endroit des États-Unis. Qualifié de «gangster», de «personne dérangée» et de «roi menteur», le dirigeant américain «représente l'une des plus grandes menaces pour la paix», a ajouté le ministre. Donald Trump n'a pas pu ne pas réagir: sur Twitter, il a lancé des menaces directes à l'encontre des autorités nord-coréennes.

Après cette nouvelle escalade verbale entre Pyongyang et Washington, ce dernier a voulu faire montre de sa force. Des bombardiers US ont survolé une partie de la côte orientale de la Corée du Nord pour montrer que Washington dispose «de nombreuses options militaires», a annoncé samedi le Pentagone.

Pyongyang a récemment déclaré avoir achevé les préparatifs d'une frappe contre l'île de Guam, située dans l'océan Pacifique, qui abrite la base aérienne américaine d'Andersen et la base navale Apra Harbor.

Source:

Un séisme de 6.4 dans les Îles Fiji

http://quakes.globalincidentmap.com/

lundi 25 septembre 2017

La Californie se prépare déjà à une attaque nucléaire nord-coréenne

* Voici le document en question:
https://assets.documentcloud.org/documents/4059942/JRIC-Final-Redacted.pdf

Prenant note de la menace accrue de la Corée du Nord, le Centre régional mixte de renseignement de Los Angeles a publié un bulletin le mois dernier attestant qu'une attaque nucléaire sur le sud de la Californie serait «catastrophique» et a exhorté les autorités de la région à renforcer leurs plans d'intervention en cas d'attaque nucléaire.  

Le rapport cite le test de la Corée du Nord, à la fin juillet, d'un missile balistique intercontinental qui pourrait, en théorie, atteindre la côte ouest des États-Unis. "Les vidéos de propagande de la Corée du Nord montrent des ruines de San Francisco et de Washington", indique le document.

Le bulletin de 16 pages intitulé "Les attentes en cas d'attaque nucléaire" est daté du 16 août et il y est marqué «pour utilisation officielle uniquement». Il a été diffusé le mois dernier au personnel de l'agence locale, étatique et fédérale de Los Angeles, ainsi que dans tout le département de la Sécurité et autres organismes fédéraux à travers le pays.

L'idée derrière le rapport non classifié était de partager la planification et l'orientation avec une répartition aussi large que possible, selon deux fonctionnaires qui ont reçu le bulletin et qui sont impliqués dans la réponse à une attaque nucléaire. De nombreuses agences participent à de telles préparations et sont souvent dotées de personnel n'ayant pas accès à des informations classifiées.

Le Département de la Sécurité intérieure n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

Une grande partie de l'information contenue dans le rapport est basée sur des faits bien connus concernant les effets d'une explosion nucléaire, y compris les effets des rayonnements, éventuellement d'une impulsion électromagnétique invalidant les communications et les effets destructeurs de l'explosion initiale sur la vie humaine et les infrastructures.  

Citant des chiffres de la Rand Corp., le rapport indique qu'une explosion nucléaire au port de Long Beach pourrait causer plus de 1 milliard de dollars de dégâts, y compris des pertes de vie et la destruction des maisons et des infrastructures.

Dans la section «les bases de protection contre les rayonnements», le rapport offre un aperçu de ce qu'il faut faire lors d'une attaque nucléaire. "Allongez-vous face vers le bas et placez les mains sous le corps pour protéger la peau exposée", recommande-t-il. "Restez à plat jusqu'à ce que la chaleur et les ondes de choc soient passées".

Il existe également des sections expliquant les mécanismes de base d'une explosion nucléaire telle qu'elle se produit et une discussion à propos de choses spécifiques qui devraient se produire en cas d'attaque nucléaire et qui devraient être considérées et préparées à l'avance.

Le document met en garde contre les difficultés rencontrées par les autorités gouvernementales dans le traitement des conséquences d'une explosion. Le public devra évacuer, selon le rapport, mais avec une «compréhension limitée des risques de rayonnement, ils éprouveront une forte anxiété et peuvent ne pas être conformes».

Les défis liés à la contamination par les animaux de compagnie et les vêtements sont parmi les nombreux problèmes de santé publique et de coordination logistique énoncés pour les éventuels intervenants d'urgence.

"Les conséquences d'une attaque nucléaire dans le sud de la Californie seraient catastrophiques", indique le rapport. "Néanmoins, les entités gouvernementales et les premiers intervenants devraient rester opérationnels pour préserver la vie humaine, maintenir l'ordre et aider au processus de rétablissement".

Le rapport, qui s'adresse en grande partie aux agences locales, étatiques et fédérales et aux premiers intervenants situés dans la région de Los Angeles, note que le gouvernement fédéral sera probablement d'une aide limitée immédiatement après une explosion nucléaire.

Source:

Un 6.0 en Nouvelle Guinée

http://quakes.globalincidentmap.com/

Russia Today: «Les USA ont déclaré la guerre à notre pays»: Pyongyang menace d'abattre les bombardiers américains

* La rhétorique de guerre monte encore d'un cran d'un bord, et de l'autre! Qui a raison, qui a tort? On s'en fout, c'est toute la planète qui va subir ce massacre nucléaire s'il a lieu, que les têtes soient étampées "made in North korea" ou "made in USA" n'aura aucune importance.

Le chef de la diplomatie nord-coréenne a assuré que Donald Trump avait déclaré la guerre à la Corée du Nord et que le pays était prêt à abattre les bombardiers américains qui approcheraient de ses frontières.

Le chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Yong Ho, a affirmé le 25 septembre à des journalistes à New York que le président américain Donald Trump avait déclaré la guerre à son pays.

"Le monde entier devrait se rappeler clairement que ce sont les Etats-Unis qui ont déclaré la guerre à notre pays en premier lieu",  a-t-il déclaré en marge de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, cité par l'agence Reuters.

La question de savoir qui va rester le plus longtemps au pouvoir entre Donald Trump et Kim Jong Un va trouver une réponse

«Trump a affirmé que nos dirigeants n'allaient plus être au pouvoir pour longtemps», a aussi souligné Ri Yong Ho. «La question de savoir qui va rester le plus longtemps va trouver une réponse», a-t-il lancé.

De plus, Ri Yong Ho a assuré que la Corée du Nord était prête à abattre les bombardiers américains s'approchant de ses frontières. 

Le 23 septembre, des bombardiers américains avaient volé au plus près de la frontière nord-coréenne pour envoyer un «message clair» à Pyongyang, selon le Pentagone.

Ces provocations s'inscrivent dans un contexte d'escalade verbale entre Pyongyang et Washington. Ainsi, lors de son discours devant l'assemblée générale, le 19 septembre, Donald Trump avait menacé de «détruire totalement la Corée du Nord». Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avait rétorqué qu'il materait «par le feu le gâteux américain mentalement dérangé», accusant Donald Trump de l'avoir insulté, lui et son pays, «sous les yeux du monde entier».

Le Pentagone met en demeure la Corée du Nord

Le département de la Défense américain a de son côté également haussé le ton à l'encontre de Pyongyang. «Si la Corée du Nord ne cesse pas ses provocations, vous savez, nous nous assurerons de fournir au président les options afin qu'il s'occupe de la Corée du Nord», a déclaré à la presse le colonel Robert Manning, porte-parole du Pentagone ce même jour.  


L'armée américaine (DARPA) a annoncé qu'elle investit 900 millions de dollars sur des matériaux et des technologies avancés pour perfectionner ses robots "transformers"


Les robots "tueur du futur" auront besoin de puces plus puissantes pour leur permettre de traiter d'énormes quantités de données. Cela permettra la création de systèmes avancés d'intelligence artificielles (IA), partant de machines de destruction et se transformant en des voitures, des avions et autres technologies autonomes. 

De vrais "tranformers" pour une utilisation commerciale et bien sûr, militaire"!

Source:
http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-4894530/US-military-creating-microchips-killer-robots.html#ixzz4thdgb8YC 

"Transformer" fabriqué par BMW

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés