Suivre ce blog via Facebook

mercredi 31 janvier 2018

Propagande nord-coréenne en date du 31 janvier 2018

Les impérialistes américains sont la cause première de tous les malheurs et souffrances de la nation coréenne et l'ennemi haineux de la paix.

Le 15 juillet 1957, les États-Unis ont déclaré qu'ils commenceraient à armer leurs troupes d'agression impérialistes en Corée du Sud avec des armes nucléaires. Le 29 janvier 1958, ils ont annoncé qu'ils avaient introduit des armes nucléaires en Corée du Sud.

Il y a longtemps, les États-Unis ont transformé la Corée du Sud en une base avancée en matière nucléaire, se déchaînant pour réaliser son projet d'agression contre la République populaire démocratique de Corée et l'Asie du Nord-Est.

Après l'émergence de l'administration Trump, les mouvements des impérialistes américains pour déclencher une guerre nucléaire ont atteint leur apogée.

Ils tentent d'intimider la RPDC en envoyant trois groupes de porte-avions nucléaires dans les eaux de la péninsule coréenne et dans ses environs.

Cela prouve que les impérialistes américains sont fébriles dans leurs efforts pour déclencher à tout prix une guerre nucléaire dans la péninsule coréenne, piétinant l'aspiration et la demande de la nation coréenne pour la paix et la réunification.

Les États-Unis ont engendré la question nucléaire de la péninsule coréenne et c'est le cerveau de la guerre nucléaire. Il est très effronté qu'un tel criminel nucléaire et haineux parle de «démantèlement des armes nucléaires», sous le prétexte de «menace nucléaire» de quelqu'un.

Plus la menace nucléaire et le chantage des États-Unis augmentent, plus loin la RPDC soutiendra la dissuasion nucléaire pour son auto-défense.

Source:

mardi 30 janvier 2018

Maroc : le désert recouvert de neige

*Jeudi, lors d'une émission d'intérêt public au Québec, "JE", il sera question des "changements climatiques". Bien hâte d'entendre les explications abracadabrantes du ou des experts qui seront interrogés!

Depuis le week-end dernier, une intense vague de froid touche le Maroc. Le résultat est saisissant.


De la neige sur les dunes de sable et les palmiers : les villes de Zagora et Ouarzazate, aux portes du désert dans le sud marocain, sont recouvertes d’un épais manteau blanc ce mardi, phénomène météorologique inhabituel dû à une vague de froid venue du nord de l’Europe.

Des images qui ont fait le tour des réseaux sociaux montrent ces deux villes et celle de Taroudant, dans le sud du royaume également, sous la neige.

« La dernière fois qu’il a neigé à Zagora, c’était dans les années 1960 ! Ici, on est plus habitué aux vagues de chaleur et à la sécheresse qu’à la neige […] c’est la stupéfaction chez les habitants », s’exclame un résident de Zagora, une localité située à près de 700 km de Rabat, par-delà le massif du Haut-Atlas.

Depuis le week-end dernier, une intense vague de froid touche le Maroc - la deuxième en quelques semaines - et a déclenché des chutes de neige inhabituelles sur des régions arides du pays.

« On n’a pas toujours l’habitude de voir la neige dans ces régions. Cela est dû à une masse d’air froide en provenance de l’Europe du nord qui est descendue jusqu’au désert », expose Houcine Youaabeb de la Météorologie nationale. Selon lui, « le froid se maintiendra jusqu’à jeudi »

L’intérieur du pays, plus habitué aux hivers rigoureux avec ses grands massifs montagneux, est également touché par cette vague de froid.

Source:
http://www.leparisien.fr/societe/maroc-le-desert-recouvert-de-neige-30-01-2018-7531899.php

dimanche 28 janvier 2018

Des animaux ont gelé sur place après que les températures ont baissé à moins de 56C au Kazakhstan

Les vidéos montrent à la fois un lièvre et un chien gelé à mort dans des conditions extrêmes qui balayent la vaste nation d'Asie centrale.

Le lièvre a été piégé en grimpant à travers une clôture avant de mourir dans les conditions arctiques et son corps a dû être libéré par les locaux.

Le chien semble s'être figé en marchant dans un champ couvert de neige. 

Ces conditions de gel viennent juste quelques semaines après qu'un thermomètre ait enregistré des températures de moins 62 ° C dans un village de la Russie.

Oymyakon, dans la Sibérie reculée, est la colonie la plus froide du monde. 

La station météorologique officielle au «pôle du froid» a enregistré moins 59C, mais les habitants ont déclaré que leurs lectures étaient aussi basses que moins 67C.

Ce record a été enregistré dans la ville en 1933.

Source:

De la neige en Arabie Saoudite: un présumé "hoax" en 2016 nous disait-on, mais une réalité en 2018!

* (2016) C’était un hoax: Il n’a pas neigé en Arabie saoudite
http://www.20minutes.fr/insolite/1768431-20160118-hoax-neige-arabie-saoudite


Les utilisateurs de médias sociaux en Arabie Saoudite ont partagé des vidéos de neige à Tabuk, dans le nord du royaume samedi.

Une vidéo montre un utilisateur qui ramasse de la neige blanche fraîche et la jette avec excitation, tandis que d'autres montrent des paysages presque déserts couverts de flocons, avec une brume épaisse et des voitures roulant le long des sentiers enneigés.

Les derniers jours ont vu la neige tomber dans différentes parties du Moyen-Orient, y compris l' Arabie saoudite et le Liban.

La semaine dernière, la neige dans la région a provoqué une tragédie pour les réfugiés syriens qui tentaient de traverser le Liban alors que neuf Syriens étaient morts de froid lorsqu'une tempête glaciale a frappé une route de contrebande dans les montagnes près d'un poste frontalier avec la Syrie.

Source:
https://www.haaretz.com/middle-east-news/locals-relish-rare-snow-fall-in-saudi-arabia-1.5769084

Deux singes clonés, mais des retombées douteuses

Coup de tonnerre dans le monde de la génétique : des chercheurs chinois annoncent avoir modifié le génome d'embryons humains

La DARPA et ses "super-soldats"

Les super soldats US du futur seront des transhumains génétiquement modifiés, capables d’exploits surhumains

Expériences supposément commanditées par Staline pour créer des hybrides d'homme et de singe dans les années 20!

Les génomes désormais modifiables à volonté

Le généticien David Suzuki a récemment exprimé son inquiétude disant que les êtres humains font partie d'une "expérience génétique massive" depuis de nombreuses années et que les intentions de la biotechnologie vont au-delà de l'argent

150 créatures hybrides homme-animal ont été produites dans des laboratoires au Royaume-Uni: Les embryons ont été cultivés secrètement dans les trois dernières années

La plus grande entreprise de biotechnologie de Chine recueille cette année 2000 génomes de personnes parmi les plus intelligentes de la planète pour augmenter l'intelligence de la société chinoise d'au moins 5% (anglais)

Les scientifiques vont un jour faire pousser les humains comme les roses: une équipe de 130 des plus grands généticiens du monde ont annoncé dans la revue Science qu'ils espèrent construire un génome humain entièrement synthétique


Le clonage de ces deux singes — ou transfert de noyau cellulaire somatique — annoncé en grandes pompes mercredi et paru dans la revue Cell, pourrait-il vraiment conduire à tout cela ? Chaque nouvelle percée en technologies de la reproduction ou en génétique est systématiquement accompagnée d’un florilège d’applications médicales… mais qui sont toujours dans un avenir indéterminé. Le clonage de la brebis Dolly, en 1996, était lui aussi censé être le premier pas vers de nouvelles applications pour traiter ces maladies, en plus du clonage humain.

En fait, c’est le clonage de singes qui était censé être l’étape suivante après Dolly. Il s’est heurté à un niveau de complexité beaucoup plus élevé que prévu. Vingt-trois autres espèces de mammifères ont été clonées depuis deux décennies — dont des chiens et des chats — avant la réussite annoncée cette semaine (d’autres chercheurs y étaient arrivés en 2000, mais en faisant se diviser un embryon de macaque après qu’il eut été fertilisé, produisant donc un simple frère jumeau). Et encore, rien que pour le succès annoncé mercredi, il a fallu à l’équipe de l’Institut des neurosciences de l’Académie chinoise des sciences passer par 79 embryons implantés ; seulement six grossesses ont commencé et une seule est arrivée à terme.

Outre que le clonage humain est illégal dans plus de 70 pays [il reste 123 pays où ce n'est pas illégal!], même un laboratoire à qui son gouvernement donnerait carte blanche ferait face aux mêmes difficultés auxquelles ont fait face ceux qui ont tenté de cloner ces deux premiers macaques.

Certes, le singe est, génétiquement, plus près de nous que la brebis, d’où l’intérêt pour les scientifiques qui espèrent créer des souches de macaques chez qui ils pourraient investiguer les effets de la modification de tel ou tel gène lié à telle ou telle maladie chez nous. Mais même cette possibilité de créer des souches génétiquement modifiées de macaques pour investiguer l’Alzheimer ou le Parkinson n’est pas gagnée d’avance, considérant les coûts associés à l’entretien d’un primate — par rapport à une souris — et les considérations morales — plusieurs universités depuis 20 ans ont cessé ou considérablement ralenti leurs recherches sur les primates.

Source:
http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2018/01/26/deux-singes-clones-retombees-douteuses

Un 6.3 en Afrique (6.6 pour USGS)

* Plutôt rare de voir des séismes en Afrique.

http://quakes.globalincidentmap.com/

samedi 27 janvier 2018

Le tremblement de terre de magnitude 7,9 survenu mardi dans le golfe d'Alaska a provoqué des vibrations à travers la terre qui ont fait monter et descendre de l'eau dans des puits situés en Floride, à des milliers de kilomètres de là


Des capteurs près de Fort Lauderdale et de Madison, près de la frontière avec la Géorgie, ont montré un changement mineur dans les niveaux d'eau après le séisme, selon l'United States Geological Survey (USGS).

Une élévation du niveau de l'eau de 41,59 pieds à 41,77 pieds a été enregistrée au puits près de Madison avant de revenir à la normale. Au niveau du puits près de Fort Lauderdale, le niveau d'eau est tombé de 1,42 pieds à 1,31 pieds. 

Pourquoi les niveaux d'eau dans ces puits à quelque 3 800 milles de l'épicentre du tremblement de terre ont-ils changé?

Les ondes sismiques sont le coupable. Les ondes sismiques sont représentées par les lignes ascendantes et descendantes sur les sismographes utilisés pour détecter les tremblements de terre dans le monde.

"Les niveaux d'eau dans les puits répondent à l'expansion induite par les ondes sismiques et la contraction de l'aquifère puisée par le puits, provoquant à son tour des changements de pression ou de pression oscillatoire du fluide", dit l'USGS.

Les changements dans les niveaux d'eau souterraine sont souvent observés à des centaines, voire des milliers de kilomètres de l'épicentre d'un séisme.

Source:

Inévitable: un séisme de 9.0 + tsunami frapperont le Canada

Vendredi 26 janvier 2018 à 10 h 00 - L’un des plus importants séismes du monde s’est produit le 26 janvier de l’année 1700, le long de la côte ouest de l’Amérique du Nord. C'était il y a longtemps, oui, et c'est bien ça le problème.

De magnitude 9, le séisme de 1700 a eu des impacts inimaginables. Le tremblement de terre a été si long et si intense que les gens ne pouvaient plus se tenir debout et qu’ils en ont été malades. 

C’est un méga-chevauchement de plaques tectoniques — formant la faille sous-marine de Cascadia — qui s’est produit sur près de 1000 km : de l’île de Vancouver jusqu’à la Californie. 

Après la secousse, cette grande zone a ensuite été frappée par un énorme tsunami qui a rasé des villages entiers et tué tous leurs habitants. Ces événements font depuis partie des traditions orales des membres des Premières nations de l'île de Vancouver. De plus, et avec les nombreux glissements de terrain qui ont suivi, cet événement sismique a changé, à jamais, la géologie même de la côte ouest du continent. 

Va-t-il se reproduire ? 

La réponse est oui, sans équivoque. Les scientifiques sont formels. L’activité tectonique de cette région ne s’arrête jamais et un évènement majeur comme celui-ci se produit tous les 200 à 500 ans. « Nous savons maintenant qu'un événement similaire se produira au large dans l'avenir et qu'il constitue un immense danger pour les gens qui vivent dans la partie sud-ouest de la Colombie-Britannique », écrit Séismes Canada sur son site Internet.

Le risque est d’ailleurs tellement important, que La Colombie-Britannique redouble son déploiement de systèmes de surveillance et de préalerte aux séismes.

Source:

Des températures record de -49,8 enregistrées en Chine

http://www.journaldemontreal.com/2018/01/22/des-temperatures-record-de--498-enregistrees-en-chine

Le monde n’a plus que «deux minutes» avant l’Apocalypse

* L'horloge de l'apocalypse, qui symbolise l'imminence d'un cataclysme planétaire, [une prévision hypothétique formulée par une certaine communauté scientifique à la solde de certains groupes d'intérêt] a été avancée de 30 secondes le 25 janvier dernier. En janvier 2017, l'horloge indiquait 2 minutes et 30 secondes avant minuit.


L'Horloge de l'Apocalypse, reflétant la vision des experts de la revue le «Bulletin of the Atomic Scientists» sur l'imminence d'une guerre nucléaire, indique 23h58. L'aiguille de cette horloge a été avancée de 30 secondes, lit-on dans le communiqué du «Bulletin».

Les causes principales ayant conduit à avancer l'heure de cette horloge symbolique: la montée des tensions internationales et la menace croissante du déclenchement d'une guerre nucléaire.

«Compte tenu du danger extraordinaire de la situation où se retrouve le monde aujourd'hui… nous avons décidé d'avancer l'aiguille de 30 secondes plus près de la catastrophe», a commenté Rachel Bronson, présidente du «Bulletin of the Atomic Scientists».

En janvier dernier, l'Horloge de l'Apocalypse a déjà été avancée de 30 secondes face à l'échec de la gestion des problèmes des armes nucléaires et du changement climatique.

Source:

Le mouvement anti-vaccination, menace sérieuse et organisée aux États-Unis

* Voici la démonstration que la multiplication des publications et témoignages de parents qui attestent de la dangerosité des vaccins fait son chemin et influence une portion de plus en plus importante de la population. Mais ne crions pas victoire puisque les "anti-vaccins" sont identifiés comme des "dangers à la santé publique" et des lois d'obligation vaccinale, déjà en place dans plusieurs pays, vont forcer les parents à vacciner leurs enfants sous peine de ne plus les voir intégrer le système scolaire.

Joe Accurso, un chiropraticien de 47 ans, refuse de faire vacciner sa fille contre la polio, la rougeole ou la coqueluche. Il juge que ces maladies infectieuses ne sont en réalité pas dangereuses et pourraient même être salutaires pour son enfant.

«Je suis en vérité déçu qu'elle ne puisse pas avoir l'occasion d'attraper la varicelle et d'autres maladies qui rendraient son organisme plus résistant et cela est pour nous la principale raison» de rejeter les vaccins, explique-t-il dans un entretien à l'AFP.

Joe Accurso et son épouse Cathy, une kinésithérapeute, font partie d'un groupe minoritaire aux États-Unis qui revendique la possibilité de choisir en matière de vaccination.

Ces parents, dont un grand nombre sont Blancs, avec une formation universitaire et appartiennent à la classe moyenne supérieure, choisissent ainsi de ne pas faire vacciner leurs enfants contre des maladies infectieuses ayant fait des millions de morts pédiatriques.

Pour eux, ces infections ne sont pas si terribles comparées aux dangers des vaccins qui, pensent-ils, sont dissimulés au public au nom des profits des laboratoires pharmaceutiques.

Ces parents sont aussi influencés par les soi-disant lanceurs d'alerte médicaux selon lesquels les données sur l'efficacité des vaccins ont été manipulées. Ils pensent aussi que l'augmentation du nombre de cas d'enfants négativement affectés par la vaccination est dissimulée.

Nourris par une méfiance envers la communauté médicale, plus de sept millions d'Américains suivent notamment sur les différentes pages Facebook tout ce qui se dit sur les vaccins, écrivait en décembre Richard Stein, un cardiologue de l'université de New York, dans la revue médicale Germs.

«Les théories du complot véhiculées sur les médias sociaux abondent et prospèrent, elles sont dans leur âge d'or», déplorait-il.

L'éradication de la rougeole endémique a été déclarée en 2000 aux États-Unis. Au niveau national, seulement 2% des enfants de maternelle n'ont pas été vaccinés ces dernières années, estiment les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Mais le danger provient de poches de population non vaccinée qui créent des zones où disparaît l'effet d'immunité collective.

À titre d'exemple, dans le Minnesota, le taux de vaccination des enfants contre la rougeole, les oreillons et la rubéole dans la communauté somalienne est tombé à 42% en 2014 contre 92% en 2004.

Les militants anti-vaccins «prêchent surtout dans des populations vulnérables» comme celle-ci, explique Peter Hotez, directeur du centre de vaccination à l'hôpital pour enfants du Texas.

«Un des faux arguments clé du mouvement anti-vaccin est d'affirmer que la rougeole est une maladie bénigne, voire bénéfique», dit-il à l'AFP. De telles idées sont «délibérément trompeuses et erronées» et ont des conséquences bien réelles.

La rougeole peut rendre sourd, aveugle, faire enfler le cerveau et provoquer une pneumonie, rappelle-t-il et, selon les CDC, un ou deux enfant(s) sur mille infectés en meur(en)t.

Aux États-Unis, parmi les récentes flambées de rougeole, figure celle dans une communauté Amish de l'Ohio en 2014 avec 383 cas. En 2015, 118 personnes ont été infectées aux États-Unis et les autorités sanitaires pensent que l'infection a débuté avec un visiteur malade du parc Disney en Californie.

La chercheuse australienne Naomi Smith pointe du doigt les médias sociaux qu'elle soupçonne de perpétuer le mouvement anti-vaccin.

Elle vient de finir une étude sur la manière dont Facebook peut créer «des filtres» qui conduisent souvent les sceptiques en matière de vaccination à voir leurs idées confortées sur les pages qu'ils suivent.

Ceux qui sont fortement hostiles à la vaccination «ont une autre définition de la preuve que celle utilisée par la communauté médicale», explique-t-elle à l'AFP.

Parmi les solutions, M. Hotez préconise un plus grand engagement public des scientifiques. Il faudrait aussi, dit-il, se pencher sur les législations: 18 États américains autorisent actuellement les parents à ne pas faire vacciner leurs enfants, notamment au nom de convictions religieuses.

Après la flambée de rougeole de Disneyland, la Californie a par exemple modifié ses lois. Désormais, seules des raisons médicales peuvent permettre l'exemption de vaccination pour les enfants scolarisés.

Des mesures qui doivent être élargies, juge M. Hotez, car les anti-vaccins «se sont plus aujourd'hui un groupuscule, mais un mouvement bien organisé auquel il faut s'opposer frontalement».

Source:

samedi 20 janvier 2018

Un 6.2 au Chili

http://quakes.globalincidentmap.com/

Aux Etat-Unis, la première année de Donald Trump s’achève sur un « shutdown »: Les administrations fédérales vont être fermées après l’échec, vendredi soir au Sénat, d’un vote sur le financement temporaire de l’Etat

Donald Trump avait prévu de quitter Washington vendredi pour pouvoir célébrer le lendemain le premier anniversaire de son arrivée à la Maison Blanche en Floride, samedi 20 janvier, dans sa résidence luxueuse de Mar-a-Lago. Un « dîner de la victoire Trump », occasion d’une levée de fonds de campagne pour 2020, était au programme. Une impasse au Congrès l’a empêché de quitter la capitale fédérale. A minuit, le président n’a pu que méditer sur le présent encombrant délivré par le Sénat : un shutdown (« fermeture ») du gouvernement fédéral.

Il se traduira à partir de lundi par la mise au chômage technique sans salaire de plus de 850 000 employés fédéraux considérés comme « non essentiels » au fonctionnement de l’administration. Les activités de nombreuses agences fédérales, comme les services fiscaux, ceux des parcs nationaux, ou la délivrance de passeports, seront réduites. En revanche, les services de sécurité seront relativement épargnés. Les militaires américains poursuivront leurs opérations mais sans toucher leur solde.

« Losers » de démocrates

Le Parti républicain, dont la majorité ne tient qu’à un siège au Sénat, n’a pu en effet obtenir la majorité qualifiée nécessaires (60 voix) pour l’adoption d’une rallonge budgétaire d’un mois déjà votée par la Chambre des représentants. Et ceci, faute d’un accord global sur un projet de budget pour l’année fiscale en cours, repoussé depuis septembre. Seuls quatre démocrates exposés à des réélections difficiles cet automne dans des Etats remportés par Donald Trump en 2016 ont voté en faveur du texte. Mais un nombre identique de républicains, hostiles à une troisième rallonge, s’y est en revanche opposé.

La majorité des démocrates exigeaient en échange des voix nécessaires l’ajout d’un statut définitif pour les sans-papiers arrivés enfants aux Etats-Unis et privés en septembre de la protection décrétée par l’administration de Barack Obama. L’expiration de cette mesure va survenir au début du mois de mars.

La porte-parole du président, Sarah Sanders, a rapidement rejeté la responsabilité de cet échec retentissant sur les démocrates. Dans un communiqué au ton virulent, elle s’en est prise aux sénateurs de l’opposition, baptisant l’impasse du nom du chef de la minorité démocrate, Chuck Schumer (New York). Mme Sanders les a accusé de « prendre en otage » les citoyens américains en raison « d’exigences inconsidérées » concernant des « immigrants illégaux ». Elle a assuré que la Maison Blanche ne rouvrirait les négociations sur ces sans-papiers, également connus sous le nom de « Dreamers », qu’une fois que « les démocrates », qualifiés de « losers », « auront commencé à payer nos forces armées et le personnel de secours ».

Le président a lui-même réagi samedi matin à l’aube en accusant l’opposition démocrate de faire passer « les immigrants illégaux » avant l’armée ou la sécurité des frontières. Les démocrates « auraient pu facilement conclure un accord mais ils ont préféré jouer la carte du “shutdown” » à la place, a tweeté le président américain.

Les arguments du camp Trump ont de bonnes chances de porter au sein du camp républicain, mais ils visent aussi à occulter plusieurs faits embarrassants. Aucun président n’a été auparavant mis en difficulté de cette manière en contrôlant les deux chambres du Congrès. Il souligne par ailleurs les limites des capacités de négociateur dont se targue souvent Donald Trump. Alors simple citoyen, il avait assuré lors du dernier shutdown, en 2013, que sa responsabilité devait reposer sur le président, qui était alors le démocrate Barack Obama. En mai 2017, sur son compte Twitter, le président avait enfin vanté les vertus d’« un bon shutdown » pour « mettre de l’ordre dans ce bazar », la mission qu’il jurait d’accomplir.

Au Sénat, Chuck Schumer a d’ailleurs repris cet argument en évoquant à de nombreuses reprises un « Trump shutdown » découlant selon lui du chaos qui prévaut au sein de l’administration. « Même quand le président semble approuver les grandes lignes d’un accord, il ne demande pas à son parti au Congrès de l’accepter », a-t-il assuré.

Signaux contradictoires

Le chef de la minorité démocrate a eu beau jeu de rappeler les propos du président, le 9 janvier, incitant les élus du Congrès à s’entendre sur une « loi d’amour » à propos des « Dreamers ». Deux jours plus tard, le président avait repoussé avec virulence le compromis auquel étaient parvenus des élus des deux camps au Sénat.

La polémique qui a enflé des jours durant à la suite de termes injurieux prêtés ce jour-là à Donald Trump à propos de certains Etats africains – qualifiés de « pays de merde », termes que la Maison Blanche n’avait initialement pas démentis – a contribué à une crise de confiance à l’orgine du blocage de vendredi. Au cours des heures précédentes, même certains républicains ont déploré ouvertement les signaux contradictoires émis par la Maison Blanche sur l’immigration. Un ultime tête-à-tête entre M. Trump et M. Schumer, vendredi en milieu de journée, n’a pas permis la moindre percée.

Des sondages publiés par le Washington Post et la chaîne d’information CNN ont montré qu’une majorité de personnes interrogées incriminaient jusqu’à présent plutôt le Parti républicain et le président pour un éventuel blocage, sans épargner totalement les démocrates. L’enquête de CNN montre que si une écrasante majorité de personnes interrogées (82 %) souhaite une solution pérenne pour les « Dreamers », elle n’en juge pas moins (à 56 % contre 34 %) que la priorité doit être accordée à la continuité de l’Etat, un souci potentiel pour la stratégie de Chuck Schumer.

En campant sur une ligne intransigeante, la Maison Blanche fait le pari qu’un désaveu des démocrates dans l’opinion les contraindra à reculer. Un pari compliqué par la mauvaise image du président auprès d’une majorité d’Américains. D’autant que si le blocage s’installe dans la durée, il risque de n’épargner in fine aucun de ses protagonistes.

Source:
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/01/20/au-etat-unis-la-premiere-annee-de-donald-trump-s-acheve-sur-un-shutdown_5244496_3222.html#6pkli0AkGdYESWQk.99

Une étude de la NASA de 2015 confirme que les gains de glace en Antarctique sont supérieurs aux pertes, ce qui remet en question les conclusions d'autres études, notamment celles émises dans le rapport de 2013 du GIEC


D'après le document, la calotte glaciaire antarctique a gagné 112 milliards de tonnes de glace par an entre 1992 et 2001 (principalement dans l'est), et 82 milliards de tonnes par an entre 2003 et 2008. Ces chiffres vont à l'encontre des observations du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui affirmait en 2013 que l'Antarctique avait perdu pas moins de 147 milliards de tonnes de glace entre 2002 et 2011.

Source:

mercredi 17 janvier 2018

Comment les Suédois se préparent à la guerre

Il règne comme une ambiance de Guerre Froide dans les pays du nord. Le gouvernement suédois, qui vient de rétablir le service militaire obligatoire en mars dernier, s'applique à informer la population sur le comportement à avoir en cas de conflit. Les 4,7 millions de Suédois recevront bientôt un prospectus intitulé "Si une crise ou une guerre vient", et qui donne des conseils pratiques à appliquer dans ce cas, rapporte le journal britannique Daily Mail. Parmi les cas évoqués, la brochure détaille le comportement à avoir en cas de cyberattaque, d'attentat ou de guerre conventionnelle. Trouver de la nourriture, de l'eau ou des moyens de se chauffer seraient autant d'aspects développés dans le livret. Ce dépliant serait une version actualisée de l'exemplaire du même nom qui avait été distribué pour la première fois pendant la Seconde Guerre mondiale, décrit le Daily Mail.

Dans le même objectif de révision de la politique de défense du pays, le budget des armées aurait été revu à la hausse, est-il expliqué sur le site de défense et de sécurité Opex360. Interrogée par le Daily Mail, Christina Andersson, responsable du projet à l'agence gouvernementale suédoise de prévoyance civile, explique que ce dispositif résulte de "la situation sécuritaire actuelle" dans la région. En cause : la multiplication des opérations militaires de la Russie dans les pays du nord de l'Europe, les pays baltes, la Pologne, la Norvège, la Finlande et la Suède.

La menace russe

Si la Suède se sent menacée, c'est parce que son voisin russe multiplie, depuis 2014 et l'annexion de la Crimée, les manoeuvres militaires et les interventions dans l'espace aérien et sous-marin suédois. La menace est telle que les partis d'oppositions auraient demandé au gouvernement de rejoindre l'OTAN, dont la Suède - pays neutre comme la Finlande - ne fait pas partie, explique le site des Échos. "Toute la société se doit d'être préparée pour un conflit, pas uniquement les militaires. Nous n'avons pas utilisé les mots tels que défense totale ou alerte maximale depuis au moins 25 à 30 ans, ce qui a abaissé le niveau de connaissance de la population", détaille Christina Andersson dans les colonnes du Financial Times, comme le rapportent Les Échos.

Depuis plusieurs années, la Suède a par ailleurs multiplié les entraînements et augmenté ses effectifs militaires. Des troupes ont par exemple été déployées de façon permanente sur l'île de Gotland, le point le plus à l'est de la Suède, détaillent Les Échos, et le gouvernement a organisé le plus important entraînement militaire depuis 23 ans, l'année dernière.

Source:

mardi 16 janvier 2018

Un météorite a explosé au-dessus du Michigan et de quelques autres États

À 28 secondes.


Les gens rapportent, en direct sur un réseau de nouvelles de Détroit, des bruits forts, des maisons secouées et une forte lumière.



Sur la route:

http://www.fox19.com/story/37270673/residents-reporting-loud-booms-rumbling-houses-flashing-lights-in-colerain-twp

TVA: L'armée préparée sérieusement à une possible guerre avec la Corée du Nord

* Je suis bien consciente que je publie en rafale des articles provenant des médias de masse et que si fausse propagande il y a dans la majorité d'entre eux, j'y contribue. Dans ce vaste monde de l'information tout peut être sujet à la propagande et à la manipulation de l'opinion publique et devant cette possibilité, aucun réseau de nouvelles qui tente de discerner le vrai du faux ne fait le poids et devient carrément inutile. Mais je continue de croire que tout ne peut pas être soumis au contrôle de l'Homme et que ceux et celles qui veillent et qui ne dorment pas arrivent à saisir ce qu'il y a à saisir.

L'armée américaine se prépare «très sérieusement» à une possible guerre avec la Corée du Nord, a indiqué mardi un élu républicain, tout en espérant que ces préparatifs ne soient pas mis en pratique.

«L'administration examine très sérieusement les options militaires qui pourraient entrer en jeu en ce qui concerne la Corée du Nord», a déclaré à quelques journalistes Mac Thornberry, qui préside la commission des forces armées de la Chambre des représentants.

«Les entraînements sont très sérieux», a-t-il ajouté. «Les militaires ont des préparatifs en cours et j'espère qu'ils ne seront pas nécessaires».

Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a insisté à plusieurs reprises sur le fait que les efforts en vue de régler la crise nord-coréenne devaient être avant tout diplomatiques, tout en ajoutant que le Pentagone devait toujours se préparer à toute éventualité.

Les tensions avec Pyongyang se sont aggravées après la multiplication l'an dernier des tirs de missiles balistiques nord-coréens capables de porter une ogive nucléaire et d'atteindre le sol américain. Elles se sont adoucies avec les discussions amorcées il y a une semaine entre Séoul et Pyongyang.

Signe que les tensions restent élevées, une fausse alerte a provoqué la panique samedi dans l'archipel d'Hawaï, lorsque les habitants ont reçu un message les avertissant que le territoire était visé par un missile balistique et les enjoignant de se mettre à l'abri.

Les États-Unis et leurs alliés étaient réunis mardi à Vancouver pour tenter de durcir les sanctions contre Pyongyang, une réunion sans la Chine ni la Russie que Pékin et Moscou ont d'ores et déjà remise en cause.

Source:

Deagel.com, un site d'équipement militaire et d'aviation civile qui semble avoir été créé par un ancien haut responsable à la Défense américaine, prévoit une gigantesque dépopulation d'ici 2025 dans de très nombreux pays du monde, particulièrement aux États-Unis et en Corée du Nord

* Voici des informations qui pourraient préciser qui ou quelle organisation pourrait se trouver derrière le site Deagel.com:

Edwin A. Deagle, Jr., Ph.D. 
- Ancien assistant au Secrétaire à la Défense et Député au Secrétaire à la Défense sous Bill Clinton
- Directeur, Relations internationales 
Fondation Rockefeller

États-Unis
324 millions de population en 2016
53 millions de population en 2025

Corée du Nord
25 millions de population en 2016
0 en 2025!
Selon les prévisions inscrites dans le tableau, la Corée du Nord n'existe plus en 2025!

Vous pouvez faire cet effroyable exercice pour 180 pays:

Le pape redoute qu'un "accident" déclenche une guerre nucléaire

Le pape François a déclaré ce lundi que le monde était "à la limite" face au risque de guerre nucléaire et a expliqué que la situation le terrifiait.

Le pape argentin s'exprimait dans l'avion qui le conduisait au Chili et au Pérou, au surlendemain d'une alerte au missile -qui s'est avérée sans objet- ayant semé la panique à Hawaï, alors que la Corée du Nord laisse planer la menace d'attaque nucléaire.

Interrogé sur cette menace à la suite des essais nucléaires et balistiques menés par Pyongyang, le pape a déclaré: "Je pense que nous sommes à la limite".

"Il suffirait d'un accident pour tout précipiter"
"J'ai vraiment peur. Il suffirait d'un accident pour tout précipiter", a-t-il déclaré aux journalistes qui l'accompagnent dans l'avion.

Jorge Bergoglio, qui a souvent évoqué les dangers d'une guerre nucléaire, a fait distribuer aux journalistes une petite carte illustrée d'une photo poignante prise en 1945 après l'explosion de la bombe atomique à Nagasaki et montrant un enfant japonais portant sur le dos son petit frère mort.

Au dos de la carte, quatre mots écrits de la main du pape: "Le fruit de la guerre". "Je voulais la réimprimer et la distribuer parce qu'une image comme celle-ci peut toucher plus que mille mots. C'est pourquoi je voulais la partager avec vous", a-t-il expliqué. 

Source:

Le déplacement du champ magnétique terrestre coûtera des centaines de milliers de dollars à l'aéroport Wichita Eisenhower dans le Kansas


Pour la première fois depuis près de 64 ans, les pistes de l'aéroport national Wichita Eisenhower seront renumérotées.

C'est en raison du déplacement lent mais constant des pôles magnétiques de la Terre qui a modifié les compas utilisés par les pilotes pour entrer et sortir du plus grand aéroport commercial de l'État.

Les responsables de l'aéroport ont indiqué cette semaine aux membres du comité consultatif de l'aéroport de Wichita qu'en raison de la variation magnétique, les caps des trois pistes d'Eisenhower ont été décalés de six degrés, ce qui a incité l'aéroport à planifier de repousser ses deux pistes principales.

Depuis que l'aéroport a été construit en 1954, la boussole indique la piste la plus longue, la piste côté ouest, mesurée à environ 10 degrés en direction de l'aéroport depuis le sud et à 190 degrés du nord. C'est pourquoi il est désigné 1L-19R, ou 1 Left-19 Right. En raison du décalage magnétique, cette piste deviendrait 2L-20R.

De même, la piste côté est serait renumérotée en 2R-20L, tandis que la piste à travers, maintenant numérotée 14-32, deviendrait 15-33.

Tous les cinq ans, la Federal Aviation Administration «procède à des évaluations de la variation magnétique et attribue les valeurs à utiliser pour la désignation des pistes», selon un document publié sur son site Internet. Un changement de variation magnétique supérieur à 3 degrés incite la FAA à apporter des modifications aux approches aéroportuaires publiées et à conseiller aux aéroports d'effectuer les changements sur leur propriété.

Au cours des dernières années, un certain nombre d'aéroports à travers le pays ont dû renuméroter leurs pistes, y compris à Oakland, en Californie. Las Vegas; et Tampa, Fla.

Les responsables d'Eisenhower ont déclaré que les changements coûteraient probablement à l'aéroport "des centaines de milliers de dollars".

Ce n'est pas seulement pour la peinture sur les pistes.

"La plupart des coûts physiques seraient la signalisation directionnelle de l'aérodrome", a déclaré Brad Christopher, directeur adjoint des aéroports de l'administration aéroportuaire. «Presque tous ces éléments devraient être remplacés». Il a déclaré que ces grands panneaux éclairés qui se trouvent sur divers points des voies de circulation et des pistes de l'aéroport coûtent cher.

L'aéroport s'attend à payer pour les coûts d'une subvention de la FAA, a déclaré Christopher.

Ce sera probablement en 2019 quand les pistes seront physiquement renumérotées, a-t-il dit. C'est à ce moment-là que l'aéroport prévoit faire des réparations.

Source:

Voici ce qu'un amateur de sports a capté à Hawaii le 13 janvier dernier


Le Japon, ce matin, a envoyé à son tour une "fausse" alerte concernant une attaque imminente de missiles nord-coréens

* J'ai écouté un expert du militaire en entrevue dans une radio américaine et il a indiqué que le premier observateur à donner et sonner l'alarme d'une attaque imminente d'un pays étranger est l'État major, soit les plus hauts gradés de l'Armée du pays, qui ensuite communiquent avec une chaîne de commandement qui orchestrent les mesures d'urgence (Pentagone, FEMA, etc.). Il explique qu'il est impossible que les alertes d'attaque imminente récemment envoyées à la population d'Hawaï et du Japon soient des "erreurs humaines" puisque ces systèmes d'alerte comportent deux options qui doivent être confirmées à deux reprises avant d'être diffusées parmi la population:

1- essai du système d'urgence, qui exhorte la population à se mettre à l'abri, qui spécifie clairement que c'est un test;

2- envoi concerté et confirmé du système d'urgence, qui exhorte la population à se mettre à l'abri, qui indique clairement que ce n'est pas un test

Cet expert ne croit pas à l'erreur humaine concernant ces récentes alertes, il croit plutôt que ce sont des essais délibérément envoyés pour observer la réaction de la population, pour mesurer la fonctionnalité du système et de la chaîne de gestion des mesures d'urgence. Il a ajouté que ces "erreurs de test" sont plutôt préoccupants...


Le radiodiffuseur public japonais a envoyé par erreur une alerte mardi aux citoyens d'un lancement de missiles nord-coréens et les a exhortés à chercher un abri immédiat, puis l'a corrigé quelques minutes plus tard, quelques jours après une erreur similaire à Hawaï.

La télévision de la NHK a diffusé le message sur ses sites d'information sur Internet et sur mobile, ainsi que sur Twitter, indiquant que la Corée du Nord semblait avoir tiré un missile sur le Japon. Le message indiquait que le gouvernement disait aux gens d'évacuer et de se mettre à l'abri.

"La Corée du Nord semble avoir tiré un missile", a déclaré la NHK, ajoutant qu'un avertissement du gouvernement avait été émis. "Le gouvernement: Cherchez un abri à l'intérieur des bâtiments et des sous-sols."

La fausse alerte est survenue quelques jours après que l'Agence de gestion des urgences d'Hawaï ait envoyé un avertissement erroné d'une attaque de missiles nord-coréens aux téléphones mobiles à travers l'état, déclenchant la panique.

NHK a déclaré que l'erreur était le résultat d'une erreur d'un membre du personnel qui exploitait le système d'alerte pour les nouvelles en ligne, mais n'a pas élaboré. NHK a supprimé l'avertissement de tweet et de texte après plusieurs minutes, a émis une correction et s'est excusé plusieurs fois.

"Le flash était une erreur", a déclaré NHK. "Nous sommes vraiment désolés."

La tension a augmenté au Japon au cours des essais de missiles nord-coréens, car ils se sont rapprochés des côtes japonaises. La NHK et d'autres médias japonais alertent généralement lors de chaque essai de missile et le gouvernement a émis des avis d'urgence lorsque les missiles ont survolé le Japon.

Le Japon intensifie également ses capacités d'interception de missiles et conduit des exercices de missiles à travers le pays dans lesquels les résidents, y compris les écoliers et les personnes âgées, se précipitent vers les centres communautaires, se couvrent la tête et se penchent sur le sol. Un exercice majeur est prévu au centre-ville de Tokyo la semaine prochaine.

Contrairement à l'avertissement erroné d'Hawaii, l'alerte NHK ne contenait pas la déclaration, "Ce n'est pas un exercice." La NHK a été capable de corriger son erreur en quelques minutes, bien plus vite que les 40 minutes qui se sont écoulées avant que l'alerte d'Hawaï ne soit retirée.

L'agence d'Hawaii a maintenant modifié ses protocoles pour exiger que deux personnes envoient une alerte et facilitent l'annulation d'une fausse alerte.

Source:
http://abcnews.go.com/International/wireStory/japan-public-tv-sends-mistaken-north-korean-missile-52376673

lundi 15 janvier 2018

New York Times: Les militaires se préparent à une guerre avec la Corée du Nord


Dans l'armée, les officiers et les troupes se préparent tranquillement à une guerre qu'ils espèrent ne pas avoir lieu.

À Fort Bragg, en Caroline du Nord, le mois dernier, un assortiment de 48 hélicoptères de combat Apache et d'hélicoptères cargo Chinook a décollé lors d'un exercice qui consistait à déplacer des troupes et de l'équipement sous les tirs d'artillerie. Deux jours plus tard, dans le ciel au-dessus du Nevada, 119 soldats de la 82e division aéroportée de l'armée parachutèrent des avions de transport militaire C-17 dans l'obscurité dans un exercice simulant une invasion étrangère.

Le mois prochain, dans les postes de l'armée à travers les États-Unis, plus de 1 000 soldats de la réserve s'entraîneront à mettre en place de soi-disant centres de mobilisation qui déplacent rapidement les forces militaires à l'étranger. Et à partir du mois prochain avec les Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang, le Pentagone prévoit envoyer plus de troupes d'opérations spéciales dans la péninsule coréenne, un premier pas vers ce que certains officiels ont dit être la formation d'un groupe de travail basé en Corée, similaire aux types qui se battent en Irak et en Syrie. D'autres ont dit que le plan était strictement lié aux efforts antiterroristes.

Dans le monde de l'armée américaine, où la planification d'urgence est un mantra joué dans la psyché de chaque officier, les mouvements font ostensiblement partie de la formation standard du Département de la Défense et de la rotation des troupes. Mais la portée et le calendrier des exercices suggèrent de redoubler d'efforts pour préparer l'armée du pays à ce qui pourrait se passer à l'horizon avec la Corée du Nord.

Le secrétaire à la Défense Jim Mattis et le général Joseph F. Dunford Jr., le président des chefs d'état-major interarmées, se disputent avec force pour avoir utilisé la diplomatie pour répondre aux ambitions nucléaires de Pyongyang. Une guerre avec la Corée du Nord, a déclaré M. Mattis en août, serait "catastrophique". Pourtant, environ deux douzaines d'officiels et d'anciens commandants du Pentagone ont affirmé que les exercices reflétaient en grande partie la réponse de l'armée aux ordres de M. Mattis et chefs de service pour être prêt pour toute action militaire possible sur la péninsule coréenne.

Les propres mots du président Trump ont laissé les hauts responsables militaires et les troupes de base convaincus qu'ils doivent accélérer leur planification d'urgence.

Lire la suite:

dimanche 14 janvier 2018

Lancement du vaisseau spatial «Big Brother»: le premier satellite capable de saisir des objets aussi petits que 65 cm (26 pouces) et de les retransmettre en vidéos et images en couleur haute définition


Un satellite britannique pourrait fournir une vidéo couleur haute définition de notre planète depuis l'espace, ramassant même des objets aussi petits que 65 cm (26 pouces) au sol.

Le satellite vidéo «Big Brother», qui est actuellement encore un prototype, peut capturer des vidéos de personnes en orbite.

Il s'agissait de l'une des 31 charges utiles envoyées dans le véhicule de lancement du satellite polaire indien (PSLV) transportant des dizaines de satellites en provenance de l'Inde et de six autres pays.

En quelques heures, les contrôleurs ont fait leur premier contact avec le satellite britannique. 

La sonde britannique est un modèle de pré-production et si elle fonctionne bien, la société Earth-i basée à Guildford va créer un autre lot de cinq satellites.  

La prochaine constellation - qui sera connue sous le nom de Vivid-i - sera la première à donner une couleur haute définition à l'espace, écrit la  BBC.

Il sera en orbite à une altitude de 314 miles (505 km) et peut pointer vers des endroits spécifiques, prendre des photos et créer des films de deux minutes.

"Nous pouvons collecter jusqu'à 50 images par seconde, ce qui représente beaucoup d'informations", a déclaré Richard Blain, PDG de Earth-i, à BBC News . 

"Cela nous permet d'empiler les images individuelles et d'augmenter notre résolution effective, atteignant des objets entre 65 cm [26 pouces] à 75 cm [30 pouces]», a-t-il dit, lui permettant de capturer des voitures et des navires en mouvement. 

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés