Suivre ce blog via Facebook

dimanche 22 avril 2018

Les ours polaires ne meurent pas de faim, affirme le gestionnaire de la faune du Nunatsiavut (nord du Labrador)

L'une des personnes qui supervise une chasse autochtone aux ours polaires affirme que la population se porte bien, malgré des photos déchirantes en ligne qui laissent croire que certains ours meurent de faim.

Chaque année, le gouvernement du Nunatsiavut accorde des permis d'ours polaires aux chasseurs inuits vivant dans la région du Nord du Labrador.

Les Inuits ont établi un quota de 12 ours polaires cet hiver. Le gestionnaire de la faune du Nunatsiavut, Jim Goudie, a déclaré que les 12 ours ont été pris au cours des sept premiers jours de la saison.

Goudie a déclaré que ce n'était que la dernière preuve que les ours polaires sont sur un point de rebond dans le nord du Canada - une tendance qui, selon lui, a été enregistrée par les autorités depuis des années.

"Il y a beaucoup de signes d'ours", a-t-il déclaré à Labrador Morning de Radio-Canada. "Beaucoup d'ours et une continuation de ce que nous avons vu au cours des trois ou quatre dernières années."

La chasse au Nunatsiavut se déroule sur une zone s'étendant du cap Chidley, à l'extrémité nord du Labrador, jusqu'à Fish Cove Point, plus au sud, près de Rigolet.

Goudie a déclaré que la majorité des ours sont tués dans les régions de Nain et de Hopedale.

«Vous pouvez aller où vous voulez au Nunatsiavut ou dans la région visée par le règlement des Inuit du Labrador pour récolter votre ours polaire», a-t-il dit. "Partout à l'extérieur des limites du Nunatsiavut, la chasse est illégale."

Ceux qui chassent les ours sont légalement obligés de donner de la viande qu'ils n'utilisent pas, mais ils sont libres de faire ce qu'ils veulent avec les peaux.

La plupart choisissent de les vendre à de riches acheteurs du Canada vers l'Asie de l'Est, et chaque peau est munie d'une puce informatique pour prouver qu'elle a été acquise par une chasse légale.

Goudie a dit que, avant le relevé de 2007, on estimait qu'il y avait environ 880 ours polaires dans les régions du nord du Labrador et du nord du Québec. Cependant, l'étude a trouvé 2 152 animaux, une augmentation significative par rapport à l'estimation précédente.

Les chercheurs sont actuellement en train de mener une nouvelle étude et Goudie a déclaré que le bouche à oreille indique que la population continue de rebondir.

"Je pense que notre population d'ours polaires est très, très saine", a-t-il dit. "La population d'ours polaires du détroit de Davis est probablement l'une des plus saines au Canada et certainement dans le monde."

Goudie a déclaré que même s'il y a quelques groupes d'ours polaires en difficulté, la majorité d'entre eux prospèrent.

Il a dit que malgré cela, la plupart des gens n'en ont aucune idée et - d'après ce qu'il voit sur le web - beaucoup semblent penser que les ours polaires sont en difficulté et en déclin globalement.

Goudie cite un article récemment paru dans le National Geographic qui montre ce qui semble être un ours polaire affamé, mais en réalité, c'est un animal malade.

«C'est une histoire facile à raconter, que les ours polaires ont de gros problèmes, parfois je dois me mordre la langue ou ne pas toucher au clavier quand je vois ces messages dans les médias sociaux», a-t-il dit.

Source:

mardi 17 avril 2018

"Terminus Tranquille": un exercice mobile de lutte contre les maladies infectieuses s'est tenu dans l'État de Washington du 10 au 13 avril


Un Boeing 747 a atterri mercredi à l'aéroport international de Spokane dans le cadre d'un exercice d'entraînement à la lutte contre les maladies infectieuses. Le jet est équipé d'un système de confinement biologique conteneurisé, d'une installation de traitement entièrement équipée qui permet au personnel médical de traiter les patients pendant le transport, tout en les empêchant d'être contaminés par la maladie. 

L'exercice, intitulé «Tranquil Terminus», a permis de pratiquer les procédures de réponse d'urgence appropriées. Le ministère de la Santé et des Services sociaux, le département de la santé de l'État de Washington, le district sanitaire régional de Spokane et le centre médical Providence Sacred Heart, entre autres organismes, ont joué un rôle. Des exercices similaires ont été effectués dans sept autres États. 

Source:
https://www.kxly.com/news/local-news/tranquil-terminus-mobileinfectious-disease-fightingdrill-arrives-in-spokane/728338658

lundi 16 avril 2018

La DCA syrienne a intercepté ce lundi soir neuf missiles lancés sur l'aéroport de Shayrat, dans le gouvernorat de Homs. Contacté par Sputnik, le Pentagone a déclaré que les USA ne menaient aucune opération dans la zone en question. Des médias arabes présument que l'attaque aurait été menée par Israël

* L'agence de presse syrienne a finalement démenti la nouvelle, disant que c'était une fausse alerte de violation de l'espace aérien syrien:
https://fr.sputniknews.com/international/201804171035979186-syrie-attaque-sana-shayrat/

La DCA syrienne [défense syrienne] a intercepté ce lundi soir une dizaine de missiles qui visaient l'aéroport militaire de Shayrat, dans le gouvernorat de Homs, a annoncé la télévision nationale du pays.

«Les missiles de l'ennemi, qui étaient au nombre de 9, ont été interceptés par la DCA syrienne», précise la source.

Par la suite, une source militaire a confirmé à Sputnik ces innformations. 

«La DCA syrienne dévie une frappe de missiles visant un aérodrome militaire dans le gouvernorat de Homs», a précisé l'interlocuteur de l'agence.

Plus tôt dans la journée de lundi, l'agence nationale SANA avait rapporté que la défense antiaérienne du pays avait intercepté des missiles près de Homs.

Sources:
https://fr.sputniknews.com/international/201804171035976846-syrie-dca-missile-homs/
https://www.almasdarnews.com/article/breaking-syrian-air-defense-fires-missiles-at-suspected-israel-warplanes-in-eastern-damascus/
https://twitter.com/Ibra_Joudeh/status/985998764795154432
https://www.express.co.uk/news/world/947044/Syria-airstrike-Damascus-Homs-attack-anti-aircraft-Israel-Assad-Putin-USA-UK-France

La télévision nationale russe instruit sa population au cours des derniers jours: préparez-vous au "Jugement dernier"


Avez-vous reçu les instructions de votre gouvernement de vous préparer à un possible, soudain et gigantesque bris de fonctionnalité? 

Les ministères de la sécurité civile de plusieurs pays, ou villes, préconisent de disposer d'articles essentiels pendant une période de 72 heures (eau, nourriture, médicaments, etc.). Vous imaginez que si un conflit mondial éclate, vous devrez disposer d'un stock beaucoup plus important puisqu'en quelques heures, le prix de l'essence risque d'exploser, suivi par le prix des aliments. Il deviendrait très difficile, en quelques jours, voire quelques heures, de trouver de la nourriture, de l'eau, des nécessités de base et des médicaments.

C'est très inconfortable et angoissant à envisager, mais cette réflexion lucide est impérative et devrait se traduire par des actions. Ceci est l'aboutissement de la raison d'être de ce blog.



L'arche de Noé (guide de survie)
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2015/05/larche-de-noe.html

Le président russe Vladimir Poutine a averti dimanche que de nouvelles frappes occidentales contre la Syrie provoqueraient « le chaos » dans les relations internationales, après une attaque coordonnée menée samedi par les États-Unis et leurs alliés

* Ce que nous pouvons en déduire, de la situation géopolitique mondiale actuelle, c'est que la mèche est courte et que l'horloge atomique doit être très près de minuit moins une. Prions pour que les aiguilles s'arrêtent pour encore un peu de temps...


M. Poutine a souligné, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue iranien Hassan Rohani, que « si de telles actions, menées en violation de la Charte des Nations unies, venaient à se reproduire, cela provoquerait inévitablement le chaos dans les relations internationales », selon un communiqué du Kremlin.

Les deux dirigeants ont « constaté que cette action illégale endommageait sérieusement les perspectives d'un règlement politique en Syrie », selon la même source.

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé samedi des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad, une semaine après l'attaque chimique présumée du 7 avril dans la ville syrienne alors rebelle de Douma, imputée aux forces gouvernementales.

Vladimir Poutine avait déjà dénoncé samedi « avec la plus grande fermeté » ces frappes qu'il a qualifiées d' « actes d'agression à l'encontre d'un État souverain qui se trouve à l'avant-garde de la lutte contre le terrorisme ».

Source:
http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/2018/04/20180415-103840.html

L’armée israélienne a accusé l'Iran, samedi, de contrôler une base aérienne à l’extérieur de la ville syrienne de Palmyre, l’armée a déclaré que le drone iranien abattu au-dessus du nord d’Israël plus tôt dans la journée avait été lancé de cette base

* Je crois qu'il n'y a pas de doutes que les Forces iraniennes sont bien implantées en Syrie...

La version russe  ;0)

La Russie ne dispose pas de données qui prouveraient la présence d’une base militaire iranienne non loin de Palmyre, en Syrie, selon la diplomatie russe

La version d'un média du Koweït (anglais)

L'Iran a menacé Israël de riposter à une récente frappe aérienne sur un aéroport militaire en Syrie qui a fait des victimes parmi le personnel iranien opérant à l'aéroport. La base aérienne militaire de Tiyas, également connue sous le nom de base aérienne T-4, est une base aérienne arabe syrienne située dans le gouvernorat de Homs, au nord de Tiyas, et à l'ouest de la ville antique de Palmyra. L'Iran a déployé du personnel militaire en Syrie, aidant le régime de Bachar Al-Assad à se rebeller contre les groupes d'opposition armés.

La version d'un média d'Israël 

«L’Iran et l’unité spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution iranien [Iranian Revolutionary Guards Corps] de la Force Quds opèrent depuis un certain temps sur la base aérienne T-4 en Syrie à côté de Palmyre, avec le soutien de l’armée syrienne et avec la permission du régime syrien», a déclaré samedi soir Tsahal, l'armée de défense d'Israël.

Dans la déclaration de l’armée de terre, il manquait une accusation selon laquelle la Russie – le principal fournisseur d’énergie en Syrie et le principal partisan du dictateur Bachar Assad – avait également permis à l’Iran et à sa Force Quds, responsable des opérations en dehors de l’Iran, d’exploiter la base aérienne.

Un responsable militaire israélien a déclaré que la base aérienne T-4, également connue sous le nom de base aérienne de Tiyas, est utilisée par l’Iran et la Force Quds de son Corps des gardes révolutionnaires pour transporter des armes avancées à d’autres membres de son « axe », qui est composé de la Syrie, du Hezbollah et des milices chiites dans la région.

« Cela fait partie d’un processus de renforcement de la force contre Israël », a déclaré le responsable, parlant sous couvert d’anonymat.

Source:

dimanche 15 avril 2018

Un exercice militaire conjoint Jordanie/États-Unis se déroule à partir d'aujourd'hui jusqu'au 26 avril: près de 4000 soldats américains à la frontière syrienne

* L'attaque de vendredi, geste insensé de la part de Trump, était-elle en fait un exercice opérationnel en vue d'un scénario de guerre beaucoup plus élaboré et destructeur?

Nikki Haley, représentante permanente américaine auprès de l'Onu, a déclaré que les États-Unis ne quitteraient pas le sol syrien avant que tous leurs objectifs ne soient accomplis
https://www.theglobeandmail.com/world/us-politics/article-us-to-sanction-companies-connected-with-syrias-chemical-weapons/

L'Iran répondra dans "moins d'une semaine" aux frappes aériennes américaines, britanniques et françaises, a déclaré le président Hassa Rouhani


Les États-Unis et la Jordanie ont lancé un exercice militaire de 12 jours comportant des scénarios allant de la sécurité des frontières à la lutte contre le terrorisme et, pour la première fois, un incident chimique simulé.

L'exercice Eager Lion a débuté dimanche, un jour après que les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne aient lancé des missiles sur des cibles militaires syriennes en réponse à une attaque présumée d'armes chimiques près de Damas il y a une semaine.

Le major-général Jon Mott, directeur des exercices et de la formation au commandement central des États-Unis, a déclaré aux journalistes qu'une équipe de laboratoire mobile répondrait à un incident chimique simulé.

Plus de 7 000 soldats, dont 3 500 militaires américains, participent à l'exercice annuel, le plus grand et le plus complexe de l'armée américaine dans la région.

Source:

Moscou fournit les preuves de la mise en scène de l'attaque présumée à Douma (vidéo)

https://fr.sputniknews.com/international/201804131035935022-moscou-attaque-presumee-douma/

Le Général Wesley Clark, ancien haut commandant des Forces armées des États-Unis, expose clairement le plan globaliste: attaquer/prendre le contrôle de 7 pays en 5 ans dont la Syrie et... l'Iran!

* Le président iranien, Hassan Rohani, a prévenu lundi 9 avril que la réponse de l’Iran à un éventuel retrait américain de l’accord de Vienne, Trump doit donner sa réponse le 12 mai prochain, serait plus ferme que ne l’imaginent les Etats-Unis


Voici l'essentiel des propos rapportés par le général Clark:

Environ dix jours après le 11 septembre, je suis passé par le Pentagone et j'ai vu le secrétaire Rumsfeld et le secrétaire adjoint Wolfowitz. Je suis descendu pour saluer certaines personnes de l'état-major interarmées qui travaillaient pour moi, et l'un des généraux m'a appelé. 

Il a dit: "Monsieur, vous devez venir me parler. seconde". J'ai dit: "Eh bien, vous êtes trop occupé." Il a dit: "Non, non." Il dit: "Nous avons pris la décision que nous allions faire la guerre à l'Irak". C'était le ou vers le 20 septembre. J'ai dit: "Nous allons faire la guerre avec l'Irak, pourquoi?" Il a dit: "Je ne sais pas." 

Il a dit: "Je suppose qu'ils ne savent pas quoi faire d'autre." Alors j'ai dit: "Eh bien, ont-ils trouvé des informations reliant Saddam à al-Qaïda?" Il a répondu: "Non, non". Il dit: "Il n'y a rien de nouveau à cet effet là. Ils ont juste pris la décision d'aller en guerre avec l'Irak."

Il a dit: "Je suppose que c'est comme si nous ne savions pas quoi faire des terroristes, mais nous avons une bonne armée et nous pouvons renverser les gouvernements. Je suppose que si le seul outil que vous avez est un marteau, chaque problème doit ressembler à un clou." 

Donc je suis revenu le voir quelques semaines plus tard, et à ce moment-là, nous bombardions en Afghanistan. "Allons-nous encore en guerre avec l'Irak?" Et il a dit: "Oh, c'est pire que ça." Il s'est dirigé à son bureau, il a pris un morceau de papier et il a dit: "Je reviens tout juste de l'étage"- ce qui signifie du bureau du secrétaire à la Défense. 

Aujourd'hui, il a dit: "Voici un mémo qui décrit comment nous allons éliminer sept pays en cinq ans, en commençant par l'Irak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et, en finissant, l'Iran." 

J'ai dit: "Est-ce classé?" Il a dit: "Oui, monsieur." J'ai dit: "Eh bien, ne me le montrez pas." Et je l'ai vu [le général avec qui il a eu la discussion] il y a environ un an et j'ai dit: "Vous souvenez-vous de cela?" Il a dit: "Monsieur, je ne vous ai pas montré ce mémo! Je ne vous l'ai pas montré!" 

samedi 14 avril 2018

Les États-Unis se positionnent dans la région: Une énorme force d'intervention de 12 navires de guerre en direction de la Syrie dans l'une des plus grandes concentrations de puissance navale américaine depuis l'invasion de l'Irak en 2003

* Cette attaque en Syrie pourrait n'être qu'un prétexte pour les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, d'assurer une présence forte et stratégique jusqu'à la prochaine joute militaire, jusqu'au "grand coup". Une "fausse manœuvre" (lire false flag) sur les intérêts américains ou un autre scénario d'attaque chimique sur des civils syriens et c'est reparti!


L'USS Harry S Truman, un géant nucléaire, transportant 90 avions et escorté par son groupe de cinq destroyers et de cruisers [navires de guerre], se dirige vers l'Europe et le Moyen-Orient. 

On pense que quatre autres destroyers se trouvent déjà dans la Méditerranée ou à proximité, notamment Donald Cook, Porter, Carney et Laboon, ainsi que deux sous-marins à propulsion nucléaire, Georgia et John Warner. 

Le déploiement de 12 navires de guerre américains dans une mission est une énorme concentration de puissance de feu, l'un des plus importants depuis que six porte-avions ont soutenu l'invasion de l'Irak en 2003.

Lire la suite (anglais):

ONU: la Russie échoue à faire condamner les frappes occidentales en Syrie

* Une pause, mais pour combien de temps? Ce n'est que partie remise puisque la Russie, quoique diplomatiquement "contrainte" de ne pas riposter, ne va certainement pas se terrer comme un ours blessé. Sa réponse viendra tôt ou tard.

La Russie n'est pas parvenue ce samedi à faire adopter au Conseil de sécurité de l'ONU sa résolution condamnant les frappes occidentales en Syrie. A l'ouverture des débats, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait appelé de son côté les membres du Conseil de sécurité à « agir en accord avec la Charte des Nations unies et dans le cadre du droit international » lorsqu'il est question de « paix et sécurité ».

Comme il fallait s'y attendre, la Russie a échoué ce samedi à faire adopter par le Conseil de sécurité une résolution condamnant les frappes américaines, françaises et britanniques en Syrie, ne recueillant pas les 9 voix nécessaires à son approbation. La Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour le texte, huit pays ont voté contre et quatre se sont abstenus.

Le projet russe, de cinq paragraphes, faisait part d'une « grande inquiétude » face à « l'agression » contre un Etat souverain. Elle viole, selon Moscou, « le droit international et la Charte des Nations unies ».

« Vos agressions aggravent la situation humanitaire » en Syrie, a dénoncé l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia. « Vous n'êtes pas sortis du néo-colonialisme », a-t-il aussi dit, en estimant que Washington, Londres et Paris avaient « foulé au pied la charte de l'ONU ».

Les Etats-Unis «prêts à dégainer»

Le projet de résolution russe dénonçait la survenance des frappes occidentales tôt samedi alors qu'une mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) se trouve en Syrie pour réunir des éléments sur les attaques chimiques présumées du 7 avril à Douma.

Le nouveau texte russe demandait aussi l'arrêt « sans délai » de « l'agression » contre la Syrie. Les Etats-Unis ont déjà annoncé qu'il n'y aurait pas de nouvelles frappes tant que le régime syrien s'abstient de recourir à des armes chimiques.

En réponse, les Etats-Unis ont indiqué être « prêts à dégainer » à nouveau en cas de nouvelle attaque chimique en Syrie. L'ambassadrice américaine, Nikki Haley, a réaffirmé que les Etats-Unis étaient dans leur droit pour mener des attaques aériennes en Syrie.

Source:
http://www.rfi.fr/ameriques/20180414-onu-syrie-trump-assad-etats-unis-france-royaume-uni-conseil-securite

Il n’y a pas de victimes d’attaque chimique dans cet hôpital de Douma

Vidéo de l'attaque chimique présumée à Douma a été filmée dans un hôpital local
https://www.youtube.com/watch?time_continue=52&v=JH0uFtHLryQ

Source:
https://fr.sputniknews.com/international/201804131035935022-moscou-attaque-presumee-douma/

Selon Damas, ces frappes visent à "entraver" la mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui devait entamer samedi son enquête à Douma sur une attaque chimique présumée, relate Sana

https://fr.sputniknews.com/international/201804141035941405-syrie-frappe-coalition-buts/

vendredi 13 avril 2018

Le secrétaire américain à la Défense, James Matthis, a déclaré qu'il n'y avait pas de nouvelles frappes contre la Syrie: "Pour le moment, il s'agit d'une seule attaque"

http://abcnews.go.com/Politics/wireStory/defense-secretary-mattis-additional-strikes-syria-planned-now-54460511

Ambassadeur de Russie aux États-Unis

"Les pires craintes se sont réalisées. Nos mises en garde n'ont pas été entendues. Un scénario pré-conçu est mis en œuvre. Encore une fois, nous sommes menacés. Nous avons averti que de telles actions ne seront pas laissées sans conséquences. 

Toute la responsabilité incombe à Washington Londres et Paris. 

Insulter le Président de la Russie est inacceptable et inadmissible 

Les Etats-Unis - le détenteur du plus grand arsenal d'armes chimiques - n'ont aucun droit moral de blâmer les autres pays." 


Voici la réponse de la RUSSIE : En menant des frappes contre la Syrie, les Etats-Unis violent toutes les normes internationales et la Russie considère cela comme un acte d'agression, affirme Alexander Sherin, premier vice-président du Comité de défense de la Douma, comparant le président américain Donald Trump à Adolf Hitler

"Le président américain Donald Trump n'est pas seulement un criminel pour le monde entier, il est le numéro deux d'Adolf Hitler", a déclaré Sherin aux médias russes.

Plus tôt dans la journée, Trump a annoncé qu'il avait ordonné des frappes militaires contre la Syrie.

"[Trump] est un criminel - mais ce n'est pas suffisant, on peut l'appeler l'Adolf Hitler d'aujourd'hui, parce qu'il a même choisi l'heure, comme quand Hitler a attaqué l'URSS", a déclaré Sherin aux journalistes.

"C'est le deuxième Belgrade, c'est un tournant, la Fédération de Russie a reçu un acte d'agression car, selon toutes les normes internationales, c'est une violation de tous les droits internationaux, c'est une déclaration de guerre à un Etat souverain, où une puissance nucléaire remplit ses obligations d'aide et de sécurité ", a déclaré Sherin.

"Tout ce que nous avons fait, tous les efforts mis dans ce sens, ils essaient de tout multiplier par zéro et mettent simplement la Russie à genoux", a-t-il ajouté.

"L'attaque sur la Syrie est une démarche mal réfléchie et provocatrice des Etats-Unis qui peut conduire à des conséquences imprévisibles", a déclaré son collègue, Youri Shvytkin, vice-président du Comité de défense de la Douma d'Etat.

"Je pense qu'il s'agit d'une étape mal pensée, à moitié cuite, disons, provocatrice, à courte vue, provocatrice du côté des autorités américaines qui peut mener à des conséquences imprévisibles", a-t-il déclaré aux journalistes.

Les actions de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis en Syrie ne profitent pas à l'établissement de relations constructives avec Moscou, a-t-il ajouté.

Shvytkin a déclaré qu'une session d'urgence de l'Assemblée générale des Nations Unies est nécessaire afin de condamner les actions des États-Unis et de ses alliés.

Source:
https://sputniknews.com/russia/201804141063540065-russia-aggression-syria-sherin/

Vidéo en direct de Damas (les frappes semblent terminées pour l'instant)


Attaques au cours de la dernière heure

https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=kZ_1M-DReDQ

Le président ordonne aux forces armées de lancer des frappes de précision sur des cibles associées à des armes chimiques à la suite de l'attaque au gaz de Douma

S'adressant à la nation vendredi soir, Trump a déclaré que l'attaque conjointe avec la France et le Royaume-Uni EST ACTUELLEMENT EN COURS.


"Il y a peu de temps, j'ai ordonné aux forces armées des Etats-Unis de lancer des frappes de précision sur des cibles associées aux capacités d'armes chimiques du dictateur syrien Bachar al-Assad", a déclaré Trump. "Une opération combinée avec les forces armées de la France et du Royaume-Uni est en cours."

Trump a déclaré que le "massacre" le week-end dernier en Syrie "était une escalade significative dans un schéma d'utilisation d'armes chimiques par ce régime terrible."

"Le mal et l'attaque méprisable ont laissé les mères et les pères, les nourrissons et les enfants se débattant dans la douleur et haletant cherchant l'air. Ce ne sont pas les actions d'un homme", a déclaré Trump, se référant à Assad. "Ce sont des crimes d'un monstre à la place."

Trump a également transmis un message à l'Iran et à la Russie.

"Je demande à l'Iran et à la Russie, quel genre de nation veut être associé au meurtre de masse d'hommes, de femmes et d'enfants innocents? Les nations du monde peuvent être jugées par les amis qu'elles gardent. à long terme en promouvant les États voyous, les tyrans brutaux et les dictateurs meurtriers », a déclaré Trump.

"En 2013, le président [russe] Vladimir Poutine et son gouvernement ont promis au monde qu'ils garantiraient l'élimination des armes chimiques syriennes", a-t-il poursuivi. "L'attaque récente d'Assad et la réponse d'aujourd'hui sont le résultat direct de l'échec de la Russie à tenir cette promesse: la Russie doit décider si elle continuera dans cette voie sombre ou si elle se joindra aux nations civilisées comme force de stabilité et de paix. Je vais m'entendre avec la Russie et peut-être même avec l'Iran, mais peut-être pas. "

Source:

Trump a ordonné des bombardements sur la Syrie: la conférence de presse en direct vient tout juste de se terminer

Donald Trump a ordonné des bombardements aériens sur la Syrie dans le cadre d’une opération conjointe avec la France et le Royaume-Uni. 

Plus de détails à venir...

Quand la télévision russe prépare la population à la 3e guerre mondiale


"10 conseils pour survivre à la WW3". Avec un peu d'ironie, ce pourrait être le titre de cette émission, longue de 5 minutes diffusée par une chaîne russe. Une longue séquence pleine de conseils pour survivre à la troisième guerre mondiale.

Après l’affaire Skripal et les menaces de Macron et Trump de balancer des missiles tous azimuts, autant se préparer à l’apocalypse. Et la séquence tourne très bien sur Youtube. On y voit le très sérieux présentateur télé de Rassiya-24 News, donner des conseils vitaux pour survivre à ce qui pourrait être la troisième guerre. 

Dans une Russie confrontée au doute, à un président au discours viril et aux vociférations de Donald Trump, les populations de l’Est ont toutes les raisons d’entendre ce genre de conseils. D'autant que le réseau de télévision 'Rassiya-24 News' estime les chances d'une guerre majeure assez élevées. La chaîne a donc fait œuvre de service public en réalisant un "bon à savoir" en cas de dérapage militaire.

À commencer par la nécessité de stocker de la nourriture dans un abri. "L'approvisionnement alimentaire dont vous avez besoin implique des priorités " intime le présentateur. Un stock d’urgence doit être constitué, qui contiendra des articles variés, avec "moins de bonbons et plus d'eau."

Le riz, c'est bon, les pâtes, c'est pas bon

Les téléspectateurs sont invités à donner la priorité au riz qui peut être conservé jusqu'à 8 ans. La farine d'avoine tiendra, elle,  3 à 7 ans. Mais oubliez le sarrasin qui ne se conserve qu’une année. On apprend encore que la viande résiste à 5 ans de mise en boîte, contre 2 ans seulement pour le poisson. Le sel fait également partie des aliments incontournables. Mais, curieusement, pas les pâtes, décriées par les experts "survivors" russes.

De l'eau, mais pas de chocolat

Mais tout cela ne servira à rien sans un grand stock d’eau. Mauvaise nouvelle, le chocolat ne fait pas partie de la liste. Car s’il fournit de l’énergie, il donne aussi soif. Ce qui serait un mauvais calcul si l’on veut pouvoir (sur)vivre des années enfermés dans un bunker en attendant que le nuage nucléaire laisse à nouveau darder les rayons du soleil. Une question quand même: où trouver les bunkers? Le présentateur parle de grandes surfaces, des piscines couvertes, etc. Ce catalogue alimentaire devrait être utile pour tous les habitants de la terre. Les Américains y ajouteront sans doute leur AR-15 équipé de quelques chargeurs.

Que pensent les Russes de tout cela?

Ce message apocalyptique semble pourtant laisser une partie de la population russe de glace. Les commentaires sur YouTube vont tous dans le même sens: "pourquoi chercher à survivre quelques mois de plus que le reste de la population. Et devoir s’entre-dévorer pour un litre d'eau?"

Source:
https://www.rtbf.be/info/medias/detail_quand-la-television-russe-prepare-la-population-a-la-3eme-guerre-mondiale?id=9891834&utm_source=rtbfinfo&utm_campaign=social_share&utm_medium=fb_share

Reconnaissance faciale: Un homme repéré au milieu d’une foule de 50 000 personnes en Chine

* Les nouvelles techniques de surveillance effrayantes en Chine
https://www.youtube.com/watch?time_continue=20&v=9RqwWpyVWng

(Article de 2013) La DARPA, l'agence de recherche de la Défense américaine, a présenté l'ARGUS-IS, une caméra de 1,8 gigapixels pour drone qui permet de filmer avec précision jusqu'à 6.000 mètres de distance
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2017/06/argus-is-une-camera-qui-peut-filmer-en.html
Une policière de la province centrale du Henan en Chine a été vue avec des lunettes intelligentes munies d'un système de reconnaissance faciale

Les technologies de reconnaissance faciale sont devenues redoutables.

Un Chinois recherché pour « crime économique » a été repéré par les caméras au milieu d’une foule de 50.000 personnes venues assister à un concert, rapporte Le Journal du Geek.

Un taux d’exactitude de 98 %

C’est en utilisant les caméras de sécurité de la salle de spectacle que les policiers ont pu repérer et appréhender le suspect. « Il était stupéfait et avait le visage très pâle lorsque nous l’avons attrapé », a commenté un officier. L’homme a expliqué qu’il ne pensait pas courir autant de risques en se rendant à ce concert.

En 2017, la police chinoise avait déjà interpellé 25 personnes qui assistaient à un festival de la bière en les repérant avec la vidéosurveillance. Selon les autorités de la ville où se déroulait le festival, le système de reconnaissance faciale se trompe peu. Il est capable d’identifier les visages consignés dans la base de données de la police avec un taux d’exactitude de 98,1 %.

Des passages piétons au papier toilette

Certains policiers chinois sont même équipés de lunettes de soleil embarquant une technologie de reconnaissance faciale. Cette dernière est aussi utilisée pour pratiquer le « name and shame » et dénoncer les personnes traversant en dehors des passages piétons. Une fois l’infraction commise, leur photo et des extraits de leur numéro de carte d’identité et de leur adresse sont affichés sur des panneaux vidéos placés dans la rue.

Plus anecdotique, cette technologie est utilisée pour rationner le papier toilette mis à disposition dans les W.C du parc du Temple du ciel à Pékin. En scannant les visages, explique Le Monde, la direction du parc s’assure que personne ne prend plus de deux feuilles de papier toilette. Pour se resservir, il faut patienter neuf longues minutes. 

Source:

jeudi 12 avril 2018

Dave Hodges: "Rappelez-vous ceci, quand la guerre éclatera en Syrie, le danger réel pour la plupart des Américains viendra du sud de la frontière"

* Article (à traduire) qui propose un scénario d'invasion de type "Aube rouge", mettant en scène des groupes paramilitaires et terroristes entraînés en Amérique Centrale/Sud, ennemis de l'impérialisme américain, qui sont financés par la Russie sous le couvert de la "lutte antidrogue", en vue d'attaquer les États-Unis lorsqu'un déploiement militaire massif sera effectué en Syrie. Ce scénario trouve aussi écho dans les livres de Tom Clancy, qui "imagine" que le narcotrafic est la "vache à lait" de cellules terroristes qui leur permet de pénétrer en sol américain en vue d'une attaque de l'intérieur. "Le mur" de Trump pourrait s'avérer être un plan pour contrer cette menace terroriste/russe, laquelle dépasse largement le simple refus de venir en aide aux migrants, pouvant compter en leur rang des narcotrafiquants et l'envahisseur!

Délire?

Article de Dave Hodges:

Articles complémentaires:

mercredi 11 avril 2018

Le ministre de la Défense américaine, James Mattis, dit que les Etats-Unis continuent d'évaluer les preuves d'une attaque chimique présumée en Syrie, et que l'armée américaine est prête à "fournir des options militaires si elles sont appropriées, comme le président l'a déterminé"




Newsweek 8 février 2018

"Le ministre de la Défense, James Mattis, a déclaré que les Etats-Unis n'avaient "aucune preuve" que le gouvernement syrien ait utilisé l'agent neurotoxique Sarin contre son propre peuple.

Cette affirmation va à l'encontre du Mémorandum de la Maison Blanche (NSC) qui a été rapidement produit et déclassifié pour justifier un tir de missile américain Tomahawk contre la base aérienne de Shayrat en Syrie.

Mattis n'a offert aucune qualification temporelle, ce qui signifie qu'à la fois l'événement 2017 à Khan Sheikhoun et la tragédie de 2013 à Ghouta sont des cas non résolus aux yeux du Département de la Défense et de l'Agence de renseignement de la Défense.

Mattis a ensuite reconnu que des «groupes d'aide et d'autres» avaient fourni des preuves et des rapports, mais qu'ils n'avaient pas nommé le président Assad comme le coupable."

La Défense russe a affirmé que l'attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma avait été simulée le 7 avril par les Casques blancs

* La propagande occidentale VS la propagande russe. Qui dit vrai??? La question que je me pose: pourquoi Assad s'attaquerait à sa propre population et pourquoi il commettrait cet acte de barbarie sachant qu'il serait automatiquement condamné par la communauté internationale?

https://fr.sputniknews.com/international/201804111035900417-attaque-douma-casques-blancs-simulation/

Trump avertit de frappes imminentes en Syrie

L'ambassadeur russe au Liban, Alexander Zasypkin, a affirmé que son pays était déterminé à "abattre" des missiles américains en cas de frappes contre la Syrie


Les missiles «arrivent»: Donald Trump a averti mercredi d'une riposte occidentale imminente au bombardement chimique présumé en Syrie, portant la tension avec Moscou à son sommet depuis le début de cette crise.
«La Russie jure d'abattre n'importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et 'intelligents!' Vous ne devriez pas vous associer à un Animal qui Tue avec du Gaz, qui tue son peuple et aime cela», a tweeté le président des États-Unis, au lendemain d'un veto russe à l'ONU à un projet de résolution américain.
En appui au président, le Pentagone s'est dit «prêt» à présenter des options militaires pour frapper en Syrie.

Face à ces menaces de plus en plus précises, le régime de Bachar al-Assad, accusé d'être l'auteur d'une attaque chimique présumée le 7 avril, a évacué des aéroports et des bases militaires, selon une ONG.

Cette perspective d'une action militaire des Américains, soutenus par la France et probablement le Royaume-Uni, s'inscrit dans un contexte extrêmement difficile entre l'Occident et la Russie. Les relations sont déjà passablement dégradées par l'affaire de l'ex-espion Sergueï Skripal, empoisonné par un agent innervant en Angleterre le 4 mars.

Des tensions symbolisées par un dialogue diplomatique de sourds à l'ONU. Mardi, Moscou a opposé son veto au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain visant à créer un mécanisme d'enquête indépendant sur le recours aux armes chimiques en Syrie.

La Bolivie, qui s'était rangée du côté de la Russie pour ce vote, a demandé la tenue jeudi d'une réunion du Conseil de sécurité sur «l'escalade récente de la rhétorique concernant la Syrie et la menace d'employer des actions unilatérales».

Signe de la complexité d'un conflit aux multiples acteurs, la Russie a appelé Israël --accusé d'avoir mené un raid lundi contre une base aérienne syrienne-- à «s'abstenir de toute action qui déstabiliserait encore plus la situation» en Syrie.

Dans ses tweets matinaux, Donald Trump s'en est vivement pris à la Russie, soutien indéfectible du régime syrien accusé d'être responsable de l'attaque «aux gaz toxiques» à Douma, près de Damas, qui a fait plus de 40 morts.

Jugeant la situation «très tendue», le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a dit espérer «que toutes les parties vont éviter tout acte qui ne serait en réalité en aucun cas justifié».

L'ambassadeur russe au Liban Aleksander Zasypkin s'est fait menaçant sur la chaîne Al-Manar, basée au Liban et gérée par le Hezbollah chiite libanais: «En cas de frappe américaine (...), les missiles seront détruits, de même que les équipements d'où ils ont été lancés».

M. Trump a aussi déploré que les relations entre les États-Unis et la Russie soient «pires aujourd'hui qu'elles ne l'ont jamais été, y compris pendant la Guerre froide».

Un constat d'échec pour le président américain qui avait fait de la relance des relations avec la Russie un des grands objectifs de sa politique étrangère.

Dans ce contexte, la Turquie, autre acteur-clé dans le conflit syrien, a exhorté Moscou et Washington à cesser leur «bagarre de rue», tandis que les éléments d'une riposte coordonnée entre Occidentaux se mettaient en place.

La France annoncera «dans les prochains jours» une «décision» en accord avec les alliés américain et britannique, a dit le président français Emmanuel Macron, assurant que les bombardements viseraient «les capacités chimiques» du régime de Damas.

«Nous allons travailler avec nos alliés les plus proches sur la manière d'assurer que les responsables rendent des comptes», a confirmé mercredi la première ministre britannique Theresa May, en dénonçant l'«attaque barbare» de Douma.

Au Conseil de sécurité, deux projets n'ont pas réuni suffisamment de voix pour être adoptés.

L'ambassadeur de Russie aux Nations unies Vassily Nebenzia a justifié le 12e veto russe en sept ans d'un conflit qui a fait plus de 350.000 morts par la volonté de «ne pas entraîner le Conseil de sécurité dans des aventures».

L'Organisation internationale sur les armes chimiques (OIAC), organisme dont le mandat est d'enquêter sur une attaque présumée, mais pas d'en identifier les responsables, a annoncé mardi l'envoi «sous peu» d'une équipe en Syrie pour faire la lumière sur ce qui s'est passé à Douma.

Selon les Casques blancs et l'ONG médicale Syrian American Medical Society, plus de 40 personnes ont été tuées dans ce dernier bastion rebelle dans la Ghouta orientale, tandis que plus de 500 blessés ont été soignés notamment pour des «difficultés respiratoires».

L'OIAC a été invitée par Damas qui, comme Moscou, nie toute attaque chimique.

Face au risque d'attaques, l'armée syrienne a évacué des aéroports, des bases militaires ainsi que les bâtiments du ministère de la Défense et de l'état-major à Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG qui centralise des informations sur le pays.

Mais dans les rues de Damas, des Syriens semblaient rester de marbre face aux menaces.

«Personne n'a peur d'une frappe», lance sur un ton de défi Amal, ingénieure de 27 ans. «On sait que tout ce qu'ils font, c'est pour miner (...) l'engagement de l'armée qui libère les régions» tenues par la rébellion.

Source:

mardi 10 avril 2018

Attaque chimique en Syrie : les États-Unis promettent de répondre "avec force"

* Cette stratégie du chaos ne semble pas s'essouffler...

Daily Mail 29 janvier 2013: "Plan soutenu par les États-Unis afin de lancer une attaque chimique en Syrie pour ensuite accuser Assad"

Les provocations préparées par les radicaux de la Ghouta orientale contrôlés par les États-Unis et le Royaume-Uni sont un prétexte pour accuser Damas d'emploi d'armes chimiques et pour adopter de nouvelles sanctions, d'après le ministère russe de la Défense
Écoutez à partir de 1:35: des enfants sont visiblement utilisés comme
acteurs en vue d'un scénario d'attaque chimique...
https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=Yki18YPv0rE

CNN doit s’expliquer sur la «manipulation» des photos
d’un garçon d’Alep, le petit Omran

http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2017/06/moscou-cnn-doit-sexpliquer-sur-la.html

Suite à l'attaque présumée chimique à Douma, Washington a fait planer, lundi, la menace d'une action militaire en Syrie, s'adressant notamment à Moscou. Le Kremlin a mis en garde contre "de graves conséquences" en cas de frappes occidentales.

Le ton se durcit du côté de Washington, suite à une attaque présumée chimique en Syrie. Lundi 9 avril dans la soirée, le président Donald Trump a promis que des "décisions majeures" étaient imminentes sur une possible action militaire américaine en Syrie. Elles pourraient être prises "ce soir ou très bientôt", a-t-il précisé, ajoutant que la réponse serait "forte", "énergique" et viserait à faire "payer" Bachar al-Assad et ses alliés.

Le président américain a par ailleurs eu un nouvel entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron, pour la deuxième fois en deux jours, les deux hommes souhaitant "une réaction ferme" de la communauté internationale, a annoncé l'Élysée dans la nuit de lundi à mardi.

Lire la suite:

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés